SFR conteste l'étude d'UFC-Que Choisir

SFR conteste l'étude d'UFC-Que Choisir


Après Free, c'est SFR qui répond aux critiques suite à l'enquête de l'UFC-Que Choisir.

L'UFC-Que Choisir a étudié la qualité et les performances des réseaux mobiles des opérateurs français. Résultats, Orange et Bouygues Telecom offrent des services convenables, mais SFR et Free se sont montrés moins performants. Même si son fondateur, Xavier Niel, ne semble pas très inquiet de ces conclusions, l'opérateur Free a réagi et s'est défendu.

Il n'est pas le seul puisque SFR a également répondu. L'opérateur a remis en cause les conditions de l'enquête réalisée dans seulement trois villes et durant trois semaines. Selon l'opérateur, les infrastructures des villes de Bordeaux et Aix-en-Provence étaient en travaux à la période de l'enquête. Le débit moyen constaté à Aix-en-Provence était de seulement 3.2 Mbits/s pour SFR alors que la moyenne des opérateurs dans cette ville était de 12.1 Mbits/s. Pour se justifier, l'opérateur indique avoir lancé la 4G dans cette ville après le moment de l'étude et que « des tests réalisés aujourd'hui produiraient des résultats sensiblement différents ».
De plus, SFR dit « s'être engagé, depuis plus d'un an, dans un programme de rénovation lourde de son réseau mobile, à savoir la mise à niveau complète des technologies 2G, 3G et 4G à l'occasion du déploiement de cette dernière. Cette rénovation passe notamment par l'installation sur un même équipement de l'ensemble des technologies et de la réallocation de la fréquence 900 MHz pour la 3G afin d'apporter une meilleure couverture internet mobile à l'intérieur des bâtiments. Cette rénovation n'est pas sans impact sur la qualité de service, mais c'est un investissement pour les 20 prochaines années ».
Cette réaction n'a pas échappé à l'UFC-Que Choisir qui a répondu par rapport au choix de la ville d'Aix-en-Provence : « Au 1er septembre, la carte visible sur le site de SFR indiquait bien que la 4G était disponible pour les clients de cette ville. L'information transmise au client -la carte que les consommateurs ont vue- était que la 4G était opérationnelle. À moins qu'elle n'ait été que prétendument disponible ».

Cet argument de SFR ne s'avère pas très recevable. Quant aux rénovations liées au déploiement de la 4G, on pourrait répondre à SFR que les autres opérateurs sont dans la même situation.

Photo: © SFR.