Free répond à UFC-Que Choisir

Free répond à UFC-Que Choisir


L'UFC-Que Choisir a pointé du doigt SFR et Free. Ce dernier répond aux reproches.

Il y a quelques jours, l'UFC-Que choisir publiait une enquête sur les réseaux des opérateurs. Si Orange et Bouygues Telecom ont obtenu des résultats satisfaisants, les opérateurs SFR et Free ont été montrés du doigt. Parmi les points étudiés, l'UFC a notamment relevé qu'un fichier de 50 Mo en 4G est téléchargé en moins de 30 secondes à 63.5 % chez Free et, surtout, à 47.9 % chez SFR. Concernant la 3G, la navigation internet est fiable à 54.2 % chez SFR et à 35.2 % chez Free.

Cette étude peut donner une image négative auprès du public. Sans oublier que l'UFC-Que Choisir veut que les autorités de régulation réagissent. De quoi faire réagir Free.
Tout d'abord, l'opérateur a critiqué les paramètres de l'enquête. Basée sur trois villes durant trois semaines, elle ne serait pas représentative et ne pourrait pas être généralisable.
Par ailleurs, Free a rappelé que, pour la 3G, ses abonnés profitent de l'itinérance par Orange et, donc, de la même couverture.
Au micro de Thomas Sotto sur Europe 1, le fondateur de Free, Xavier Niel, a souligné que sur son propre réseau, Free Mobile se place en deuxième ou troisième position. Par rapport aux résultats liés à l'itinérance, il a déclaré qu' « à la fin de l'année, dans 75 % du temps, ça marchera bien mieux, ou aussi bien que chez les autres, voire mieux que chez les autres ». Derrière cette précision, il veut parler de l'obligation faite à l'opérateur de couvrir avec son propre réseau 75 % de la population en 3G avant janvier 2015.

Veut-il sous-entendre qu'Orange bride sa bande passante pour privilégier ses propres abonnés ? Rien n'est sûr, mais l'opérateur ne semble pas inquiet des résultats de l'étude de l'UFC-Que Choisir.

Photo: © Free.