Snapchat : des photos volées

Snapchat : des photos volées

Après le vol de photos de célébrités sur iCloud, c'est le réseau social Snapchat qui est concerné par un piratage.

Snapchat est un réseau social qui a beaucoup de succès. Basé sur le partage de photos et de vidéos via smartphone, il séduit majoritairement les jeunes par son côté éphémère et le non-stockage des contenus. Un outil qui leur permet de se lâcher avec des photos spontanées qui peuvent être osées. Toutefois, une actualité a de quoi inquiéter les utilisateurs de Snapchat.

En effet, après le vol de photos intimes de célébrités sur iCloud d'Apple, des hackers affirment avoir intercepté des photos transmises via Snapchat. Sur des forums, ils déclarent détenir des centaines de milliers de photos avec la publication de quelques-unes à l'appui. Surtout, ces images sont identifiées et liées aux noms d'utilisateurs.
Mais, d'où provient la fuite de ces photos qui ne sont pas censées être conservées ? Snapchat a rapidement réagi en déclarant au site Engadget que : « (nous) pouvons confirmer que les serveurs de Snapchat n'ont jamais été violés et ne sont pas la source de ces fuites. Les Snapchatters ont été victimes de leur utilisation d'applications tierces pour envoyer et recevoir des Snaps, une pratique que (nous) interdisons expressément dans (nos) conditions d'utilisation, précisément parce qu'ils compromettent la sécurité de (nos) utilisateurs. (Nous) surveillons avec attention les applications tierces illégales disponibles sur l'App Store et le Google Play et avons réussi à obtenir le retrait de nombreuses d'entre elles ».
Des applications tierces telles que SnapSave permettent, en effet, d'enregistrer sur le cloud les photos reçues sans que l'expéditeur soit informé. Moins sécurisées que Snapchat, elles présentent un risque important.
Rien n'est certain et, jusque-là, les hackers n'ont pas publié sur internet les photos. Pourtant, ils souhaiteraient créer une plateforme sur laquelle mettre à disposition les photos et permettre de les rechercher par identifiant. Certains parlent, même, d'une mise en ligne avant le 12 octobre.

Il faut espérer que les hackers ne passeront pas à l'acte. La publication de photos intimes ou déplacées pourrait avoir des répercussions, surtout auprès des adolescents qui avaient confiance. Dans tous les cas, cette affaire rappelle combien il faut se méfier des photos envoyées sur internet ou via les applications.

Photo: © Snapchat.
A voir également