Google teste aussi la livraison par drone

Google teste aussi la livraison par drone


Après Amazon, c'est Google qui travaille sur la livraison par drone. Le Google X Lab a géré des tests en Australie.

Les grandes entreprises de la high-tech ne se limitent pas à l'amélioration des gammes de produits déjà commercialisés. Elles ont des équipes qui travaillent sur ce qui révolutionnera le secteur et sera une réalité demain.
Parmi les derniers travaux les plus innovants, la livraison par drone sur laquelle travaille Amazon.

Il s'avère que l'entreprise n'est pas la seule à travailler sur cette technologie. Le célèbre laboratoire secret de Google, Google Lab X, se penche également sur la question. Nommé « Project Wing », ce projet a été lancé en 2012 et occupe une dizaine d'employés. Le laboratoire de Google est tellement avancé que des tests ont déjà été menés. Étant donné qu'ils sont interdits aux États-Unis, ils ont été réalisés en Australie, qui le permet. Une trentaine d'expérimentations a déjà été effectuée en deux semaines.
Selon Google, le drone est « un grand triangle muni de quatre propulseurs mobiles » qui « décolle à la verticale comme un hélicoptère » avant de voler « rapidement et en consommant peu » comme un avion. Le prototype « livre ses marchandises dans une boîte au bout d'un câble, alors qu'il reste en l'air » pour une meilleure sécurité.
Avec le Project Wing, Google souhaiterait permettre la livraison de différents types d'objets aux particuliers. Envisagé comme une alternative à la voiture, le drone permettrait de livrer en quelques minutes en zone urbaine. Astro Teller, dirigeant de Google Lab X, a déclaré au Parisien que « aujourd'hui, on utilise des automobiles qui pèsent plus de deux tonnes pour livrer des choses qui ne pèsent rien. C'est inefficace et cela génère de la pollution et des embouteillages. Si on pouvait construire un véhicule qui vole, on réduirait tous ces inconvénients ».
Si Amazon envisage clairement cette option pour livrer ses produits achetés, Google voudrait utiliser les drones dans les régions « où les infrastructures sont rares » et « en situation d'urgence, comme après un tremblement de terre ou un cyclone ».

Astro Teller estime que « les engins volants autonomes pourraient bien ouvrir de nouvelles perspectives pour le marché de la livraison », mais Google, à l'instar d'Amazon, aura encore besoin de travailler plusieurs années avant de peaufiner ce projet et répondre à toutes les normes de sécurité et législation des pays.

Photo: © Google.