NSA : le programme PRISM validé par une commission américaine

NSA : le programme PRISM validé par une commission américaine



Suite aux révélations d'Edward Snowden, la commission Privacy and Civil Liberties Oversight Board (PCLOB) a étudié les pratiques de surveillance de la NSA. Son rapport a été publié le 3 juillet. Résultats, le programme PRISM est validé et aurait permis l'arrestation d'une centaine de personnes dans le monde. Un nouvel appui pour la NSA.

Les révélations d'Edward Snowden ont choqué les Américains et les personnes du monde entier. La NSA va-t-elle trop loin ? Respecte-t-elle la vie privée et la liberté individuelle ?

Pour étudier ses pratiques, la commission indépendante Privacy and Civil Liberties Oversight Board (PCLOB) s'est penchée sur ses pratiques et notamment le programme PRISM, qui permet d'intercepter les communications électroniques des personnes non américaines.
Ce 2 juillet, l'organisme a publié son rapport.
Selon le PCLOB, le programme PRISM respecte le quatrième amendement de la Constitution américaine et l'article 702 de la loi Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA) qui permet de surveiller des personnes situées hors des États-Unis. La commission conclut que ces surveillances ne montrent « aucune trace d'activité illégitime » et ont participé aux « efforts du gouvernement pour combattre le terrorisme ainsi que dans d'autres domaines du renseignement extérieur ».
Il y a quelques jours, la NSA publiait un rapport, censé apporter de la transparence, mais qui ne contenait que peu d'informations.
Le rapport de la commission PCLOB informe un peu plus sur les résultats de la NSA. Il précise, ainsi, que la surveillance à l'étranger lui a permis d'arrêter, sur plusieurs années, une centaine de personnes liées à des actes terroristes.
Par ailleurs, le PCLOB indique que les informations obtenues par la NSA ont été, dans une trentaine d'affaires, « le catalyseur initial permettant d'identifier des terroristes auparavant non connus et/ou des projets d'attentats ». De plus, dans 15 affaires, un lien avec les États-Unis a été trouvé et, dans 40 cas, avec d'autres pays. Enfin, pour environ 20 dossiers, les informations interceptées par la NSA ont aidé des enquêtes terroristes en cours.

Avec ce rapport de la commission indépendante, la NSA se trouve un nouvel allié. La surveillance des étrangers ne semble pas beaucoup déranger aux États-Unis !

Crédit photo: NSA