Bouygues Telecom : la vente à Free plus pertinente ?

Bouygues Telecom : la vente à Free plus pertinente ?


L'opérateur Bouygues Telecom envisage sa vente. Des discussions avec Orange ont été engagées, mais n'auraient pas abouti. Si l'opérateur poursuit ses activités de façon autonome, certains membres du gouvernement souhaitent que cette cession se réalise et que le secteur revienne à trois opérateurs. Des analystes de la Société Générale sont d'accord, mais estiment que la meilleure solution pour Bouygues Telecom est de s'associer à Free. « La solution la plus raisonnable ».

Ne parvenant pas améliorer ses résultats financiers et suite à l'échec du rachat de SFR qui lui aurait permis d'être plus fort, Bouygues Telecom envisage la vente. Le groupe aurait reçu une offre de Free et aurait tenté de négocier avec Orange. Toutefois, le groupe de BTP n'a, semble-t-il, pas reçu une offre suffisante -il attend au moins 7 milliards d'euros- et n'a pas réussi à trouver d'accord pour l'instant. Mais, sa fragilité et la situation actuelle du secteur des télécoms ne ravissent pas le gouvernement qui souhaite cette cession pour voir le retour à trois opérateurs. Même si l'ARCEP a dernièrement affirmé que cela ne réglerait pas le problème, cette idée perdure.

Les analystes de la Société Générale ont réalisé une étude sur la situation de Bouygues Telecom. Selon eux, la vente de Bouygues Telecom à Orange n'a « aucune logique industrielle ». Et ce, car une telle fusion ne serait pas acceptée par l'ARCEP pour maintenir une concurrence loyale.
Toutefois, les analystes perçoivent « une certaine logique financière ». Selon le montant en actions intégré dans cette acquisition, « une telle opération pourrait être menée comme une augmentation de capital déguisée pour améliorer le profil financier d'Orange ».
Selon les analystes, la meilleure solution pour Bouygues Telecom est la revente à Free. Ils la perçoivent à la fois comme « le scénario le plus réaliste » et comme « la solution la plus raisonnable ». Chacun des deux y gagnerait. Tout d'abord, cette acquisition ne serait pas bloquée par l'ARCEP. Puis, cela permettrait à Free d'économiser les frais d'itinérance et de ne plus avoir à déployer son propre réseau mobile. Du côté de Bouygues Telecom, l'opérateur serait plus important dans le secteur de l'internet fixe.

Free aurait déjà proposé entre 4 et 5 milliards d'euros à Bouygues.
En voulant casser les prix dans l'internet fixe, Bouygues Telecom cherche-t-il à forcer ses concurrents à faire de meilleures offres de rachat ? Cette stratégie va réduire leurs nombres de clients et leurs revenus, car ils devront s'aligner sur ses prix. Mais, à ce jeu-là, Bouygues Telecom y perdra aussi, car il dévalorise le très haut débit fixe et réduit ses revenus.

Crédit photo: Bouygues Telecom/Free