Menu
Donnez votre avis

Cloud computing : progression en France, mais au bénéfice des entreprises étrangères

CelineLhorte - mercredi 28 mai 2014 - 01:12
Cloud computing : progression en France, mais au bénéfice des entreprises étrangères
Les solutions de Cloud sont de plus en plus nombreuses en France. Selon le cabinet spécialisé Markess, en 2014 ce secteur représentera 4.1 milliards d'euros de chiffre d'affaires, soit environ le double qu'en 2012. Toutefois, cette croissance ne bénéficie pas aux entreprises françaises du secteur, car plus de 50 % des clients ont recours à des services étrangers.

Le Cloud computing joue un rôle majeur dans le secteur high-tech aujourd'hui. En apportant de nouvelles solutions, il simplifie et permet d'accélérer les innovations au service du grand public et des entreprises. Selon le cabinet d'analyses IDC, ce secteur pourrait représenter un chiffre d'affaires de 1 trillion d'euros en 2020. De quoi attirer de nouveaux acteurs et intéresser les analystes.

Le cabinet d'études Markess, spécialisé dans le secteur du numérique, vient de publier son « baromètre 2014 des Prestataires du Cloud Computing en France ».
Selon lui, le secteur va générer cette année 4.1 milliards d'euros en France. Cela représente près du double des résultats obtenus en 2012, à savoir 2.2 milliards d'euros.
Le secteur poursuit sa croissance, mais le cabinet Markess estime que le nombre de structures du secteur public, de grandes entreprises et de TPE (Très Petites Entreprises) progressera de façon moins forte qu'en 2013.
Aussi, les clients français privilégient à plus de 50 % les solutions de Cloud issues de l'étranger, principalement américaines. Une prévision qui n'est pas favorable aux entreprises françaises du secteur ni à l'Etat, car, selon le cabinet Markess, les entreprises de Cloud étrangères sont « parfois sans structure de représentation en France et en conséquence sans fiscalité ».

Le baromètre de ce cabinet indique, donc, que le Cloud computing continue à progresser en France, mais les entreprises françaises devront se méfier de la concurrence internationale.

Crédit photo: Markess
Ajouter un commentaire

Commentaire

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme