E-mailing : peut mieux faire

E-mailing : peut mieux faire
La société Dolist a publié son enquête « Pratiques & Tendances de l'e-mail marketing en France » pour la 5e année consécutive. Comment les entreprises françaises utilisent-elles l'e-mail actuellement et selon quelle stratégie ? Réponses en dents de scie.

D'après cette enquête, les professionnels B2B s'appliquent à segmenter les destinataires des emailing (à 78% des B2B interrogés) et donc, travaillent sur la pertinence de leur contenu. La notion d'e-mail utile ne leur est pas étrangère. Ils ont aussi pris la mesure de la tendance à la mobilité en s'appliquant à rendre responsive leurs emailings. En revanche, le spécialiste de l'e-mail marketing a noté des points à améliorer comme la collecte des adresses et l'analyse des performances.

Côté B2C, on réussit à qualifier ses bases et on donne plus de liberté à l'internaute. Notable, la tendance à l'automatisation des envois, forte, et un début prometteur du « virage e-mail to store ».

Après ces analyses, Dolist rappelle quelques tendances clé du marché de l'emailing en France comme le durcissement des filtres des messages entrants, « des internautes plus exigeants quant à la qualité des messages reçus et plus intransigeants face aux messages non sollicités ou de moindre intérêt à leurs yeux », l'augmentation des besoins de ciblage notamment à propos des attentes des destinataires et enfin, la permanence du multicanal.

Le communiqué de presse de Dolist

Crédit Photo : rgb4you - Fotolia