AT&T s'offre DirecTV pour 48.5 milliards de dollars

AT&T s'offre DirecTV pour 48.5 milliards de dollars


À l'instar de la France, le secteur américain des télécoms se transforme. Depuis le début de l'année, l'opérateur Verizon s'est renforcé, le câblo-opérateur Comcast a racheté Time Warner Cable et les opérateurs Sprint et T-Mobile négocient un rapprochement. La dernière information vient du deuxième opérateur américain, AT&T, qui vient d'annoncer le rachat du premier fournisseur de télévision par satellite des États-Unis, DirecTV, pour 48.5 milliards de dollars. De quoi permettre à At&T d'améliorer son offre télévisuelle et de réunir un total de 26 millions d'utilisateurs.

Aux États-Unis, le secteur de la téléphonie mobile est composé de quelques opérateurs. Le leader est Verizon, qui détient environ 31 % de parts de marché devant AT&T, environ 27 %, Sprint et T-Mobile, qui représentent chacun environ 11 % du total. À l'instar de la France, le secteur des télécoms se transforme actuellement aux États-Unis. En février, le leader Verizon a racheté, pour un montant de 130 milliards de dollars, les actions détenues par Vodafone dans Verizon Wireless. En détenant la totalité de son capital, le PDG, Lowell McAdam, prévoyait « davantage de croissance pour (notre) activité ». Ce même mois, les deux leaders américains du câble, Comcast et Time Warner Cable ont fusionné pour 45.2 milliards de dollars. Aussi, les opérateurs Sprint et T-Mobile discutent actuellement d'un possible rapprochement.

Autant d'informations qui ont poussé AT&T à réagir.
L'entreprise a annoncé ce 18 mai avoir racheté DirecTV, le premier fournisseur de télévision par satellite des États-Unis pour 48.5 milliards de dollars.
Avec cette acquisition, AT&T profite de la couverture nationale de DirecTV pour enrichir l'offre TV de sa gamme triple play. Par ailleurs, l'opérateur récupère un nombre important d'abonnés. La nouvelle entité rassemblera 26 millions d'abonnés aux États-Unis et 18 millions en Amérique latine. Un atout face à la concurrence, mais aussi pour négocier des contenus auprès des éditeurs.
Randall Stephenson, PDG d'AT&T, a déclaré que cette acquisition va « redéfinir l'industrie du divertissement vidéo et créer une entreprise capable d'offrir de nouvelles offres et de fournir du contenu aux consommateurs à travers de multiples supports - les appareils mobiles, les téléviseurs, les ordinateurs portables, les voitures et même les avions ».

Cette opération doit, à présent, être validée par les autorités de la concurrence, qui pourraient demander des contreparties pour qu'AT&T n'ait pas le monopole du secteur.

Crédit photo: AT&T