Bouygues Telecom pourrait licencier de 1 500 à 2 000 postes

Bouygues Telecom pourrait licencier de 1 500 à 2 000 postes


Après avoir tenté de miser sur la 4G, Bouygues Telecom espérait améliorer sa situation en rachetant SFR. Depuis cet échec, Bouygues réfléchit aux solutions potentielles, dont la vente de la division télécoms. Selon des sources syndicales, l'opérateur pourrait licencier de 1 500 à 2 000 salariés, soit environ 23 % des effectifs.

L'arrivée de Free Mobile a particulièrement affaibli Bouygues Telecom. Sur les deux dernières années, l'opérateur a perdu 200 000 clients et vu son chiffre d'affaires baisser de 26 %. De quoi fragiliser Bouygues Telecom puisque, quel que soit le nombre d'abonnés, un opérateur doit fournir un réseau et des services fiables et complets. Avec 11.1 millions d'abonnés, les revenus par abonné de Bouygues Telecom ont baissé. Dernièrement, l'opérateur a voulu rebondir grâce à la 4G. Peine perdue, car Free a, de nouveau, cassé les prix et le réseau 4G de l'opérateur se voit rattrapé par celui d'Orange. Pour renforcer sa position, Bouygues a tout tenté pour racheter l'opérateur SFR. Nouvel échec.

Depuis le début de l'année, le groupe de BTP Bouygues cherche les alternatives possibles, dont la vente de sa division télécoms à Free.
Selon le journal Le Figaro, Bouygues Telecom envisagerait de faire des économies en licenciant des postes. Des sources syndicales parlent d'une suppression de 1 500 à 2 000 postes. Sur un total de 9 000 effectifs, cela représenterait 23 % des salariés. Un plan de licenciement important qui devrait être annoncé avant l'été.
Bouygues a récemment tenté d'attirer de nouveaux abonnés internet fixe avec une nouvelle offre triple play Bbox à 20 euros par mois. Une offre attirante, mais qui coûte à Bouygues Telecom.

La situation de Bouygues Telecom semble devenir complexe. Le ministre Arnaud Montebourg n'a pas tardé à réagir à ces informations en incitant Bouygues Telecom à opter pour une fusion avec un concurrent.

Crédit photo: Bouygues Telecom