SFR : Altice / Numericable n'envisage un retour à la croissance qu'en 2016

SFR : Altice / Numericable n'envisage un retour à la croissance qu'en 2016

Dans sa proposition de rachat de SFR, Numericable a intégré un business plan. BFMTV s'est procuré un document qui donne des précisions quant au plan d'affaires envisagé par l'acquéreur. Numericable prévoit, ainsi, un chiffre d'affaires en baisse jusqu'en 2016.

Malgré l'« insistance » de Bouygues et de ses appuis, dont certains membres du gouvernement et des concurrents, Vivendi a choisi l'offre de rachat d'Altice/Numericable. Martin Bouygues a beau contester ce choix, le président du Conseil de surveillance de Vivendi, Jean-René Fourtou, a récemment expliqué que Numericable avait été choisi pour la « faisabilité de son projet ».
BFMTV a publié un document confidentiel qui indique que Numericable n'envisage pas de croissance à court terme. En effet, le média a rendu publics des détails du business plan établi par Numericable.
Le câblo-opérateur prévoit une baisse du chiffre d'affaires jusqu'en 2016. Il évalue que SFR parviendra à 9.83 milliards d'euros en 2014 -alors qu'en 2013, le chiffre d'affaires était de 10.2 milliards d'euros- et à 9.55 milliards en 2015. En 2016, une légère progression est envisagée, évaluée à 9.61 milliards.
Concernant la marge brute, Altice table sur 24.4 % en 2014, en baisse d'environ 3 points par rapport à 2013, 23.2 % en 2015 et 23.9 % en 2016.
Par ailleurs, le nouvel acquéreur prévoit une diminution du nombre d'abonnés mobiles. Alors qu'en 2013, SFR comptait 21.35 millions d'utilisateurs, en 2014 Altice prévoit 20.54 millions d'abonnés, puis 20.46 millions en 2015 et, une légère amélioration en 2016, estimée à 20.48 millions.
Enfin, le revenu moyen par abonné est, lui aussi, estimé à la baisse à court terme. Si en 2013, il était de 24.1 euros par mois, il devrait tomber à 22.6 euros en 2014, 21.2 euros en 2015 et jusqu'à 20.9 euros en 2016.
Altice/Numericable estime qu'en 2016 la concurrence émanant notamment de Free Mobile sera moins forte et lui permettra de croître. Aussi, le groupe veut compter sur la 4G, car il a plus d'atouts que Free : « l'offre 4G agressive de Free devrait avoir un impact plus limité que pour la 3G, car l'offre 4G de Free sera contrainte par les limites du réseau de Free en nombre d'antennes et en capacité de fréquences ».
Pour limiter les pertes, le groupe va miser sur plusieurs éléments. Tout d'abord, l'accord de mutualisation conclu avec Bouygues Telecom lui permet de compter sur 460 millions d'euros, perçu sur la durée du contrat. Aussi, Altice/Numericable veut faire des économies en migrant le « réseau de SFR vers le réseau de fibre à l'immeuble de Numericable » et en réduisant les investissements de 150 millions d'euros d'ici 2016. Sans oublier, les revenus issus des activités directes du câblo-opérateur qui sont estimés à la hausse.

Si ce business plan est réaliste, la situation va se compliquer pour SFR d'ici 2016.

Crédit photo: SFR