Mozilla : le nouveau PDG cède à la pression et démissionne

Mozilla : le nouveau PDG cède à la pression et démissionne


Nommé le 24 mars dernier, Brendan Eich démissionne déjà de son poste de PDG de la fondation Mozilla. En cause, la désapprobation de la part de salariés et membres de la communauté de certaines de ses valeurs personnelles. Même s'il affirmait pouvoir faire la part des choses, son ancien soutien à une action contre le mariage gay ne passe pas, car jugé contraire aux valeurs défendues par Mozilla.

Mozilla Corporation a nommé un nouveau PDG le 24 mars dernier, Brendan Eich. En 1995, il a participé au développement du langage JavaScript pour Netscape Navigator avant de rejoindre, trois ans plus tard, les créateurs de Mozilla.org. Il a, depuis, participé à toutes les étapes du développement de la fondation Mozilla et en est devenu le directeur technique en 2005.

Cette nomination, qui semblait légitime, a pourtant rapidement fait réagir. Certains salariés et membres de la communauté ont reproché à Brendan Eich d'avoir, en 2008, fait un don pour soutenir la « Proposition 8 », qui souhaitait notamment l'interdiction des mariages entre personnes homosexuelles en Californie. Un engagement jugé contraire aux valeurs d'ouverture, d'égalité et de respect de Mozilla.
Brendan Eich a, dans un premier temps, tenté de se défendre. Il espérait : « apaiser ces craintes en prenant un certain nombre d'engagements » et refusait toute idée de démission.
Pourtant, le 3 avril, Mitchell Baker, présidente de la fondation Mozilla, a annoncé sa démission du poste de PDG de Mozilla Corporation ainsi que du Conseil d'Administration.
Il aurait préféré favoriser la fondation Mozilla et la communauté qui, selon les termes de Mitchell Baker, reflètent « la diversité et l'implication de tous, sans exclusion ». Elle rappelle que « Mozilla soutient l'égalité pour tous » et rajoute : « (nous) savons pourquoi les gens sont blessés et en colère, et ils ont raison : c'est parce que (nous) ne sommes pas restés fidèles à nous-mêmes. (Nous) n'avons pas agi comme vous vous attendiez. (Nous) n'avons pas réagi assez vite pour (nous) engager auprès des personnes, une fois la controverse commencée. (Nous) sommes désolés. (Nous) devons faire mieux ».

Après ce mea culpa, la fondation cherche, dorénavant, un nouveau PDG.

Crédit photo: Mozilla