Marché mobile en France : hausse de la consommation, mais baisse des revenus

Marché mobile en France : hausse de la consommation, mais baisse des revenus


L'arrivée de Free Mobile n'a pas perturbé que provisoirement le marché du mobile. L'Arcep vient de publier les chiffres relatifs au quatrième trimestre 2013. Même si le nombre d'abonnements et les consommations progressent toujours, les revenus des opérateurs baissent encore.

Avant 2012, les opérateurs mobiles français s'accordaient tacitement sur les prix et les services offerts aux consommateurs. L'arrivée de Free Mobile a transformé le secteur. Le nouvel opérateur n'a pas hésité à casser les prix. Face à lui et à la multiplicité des MVNO et opérateurs low cost, la concurrence a, donc, dû suivre et a perdu des revenus.

Il s'avère que cette situation ne s'est pas arrangée depuis 2012. L'Arcep vient de publier les chiffres du secteur pour le quatrième trimestre 2013.
Sur cette période, environ 76.8 millions de cartes SIM ont été recensées, soit une progression d'environ 5 % par rapport au même trimestre 2012. Du côté de la consommation, les utilisateurs de mobiles ont utilisé 36.3 milliards de minutes durant le trimestre, une progression de 3.7 milliards comparé à la même période 2012. En moyenne, les possesseurs de téléphone mobile ont téléphoné plus de trois heures chaque mois via cet outil.
Aussi, environ 52 milliards de SMS et MMS ont été échangés. Une hausse de 3.9 % qui porte le total annuel à 193 milliards. Sans surprise, la consommation des contenus internet a progressé aussi. Le volume des données mobiles était de 47 548 Teraoctets, une progression de 67 % sur un an.
Sur l'ensemble du marché des télécommunications, les revenus des opérateurs ont atteint 9.4 milliards d'euros HT durant le trimestre. Les entreprises du secteur mobile ont récolté 3.5 milliards d'euros. Ce résultat montre une baisse de 15.8 %, qui, sur l'année, représente 14 %.

Le développement du secteur des objets connectés et du très haut débit vont favoriser la croissance du nombre de cartes SIM et de la consommation sur mobile. Les opérateurs historiques n'ont pas réussi à faire de la 4G un service haut de gamme et une source de revenus intéressante. Leurs chiffres d'affaires pourraient baisser encore.

Crédit photo: Arcep