E-commerce : la création d'une marketplace pour élargir l'offre

E-commerce : la création d'une marketplace pour élargir l'offre
Comment satisfaire à la fois les e-commerçants et leurs clients ? En permettant aux premiers de mettre leurs produits à disposition sur une plateforme Web, et aux seconds de trouver facilement ce dont ils ont besoin. C'est le principe de la place de marché, ou marketplace : les vendeurs proposent leur stock sans le démultiplier, et les clients ont accès à une offre plus large.

Ludovic Leurent a trouvé sa solution miracle, en faisant confiance à Mirakl pour monter son projet de marketplace dédiée aux produits pour bébés et enfants. Il nous explique son fonctionnement dans cette interview retour d'expérience.


CCM - Tout d'abord, pouvez-vous vous présenter ainsi que votre projet de marketplace ?

Ludovic Leurent - Ancien de chez Kiabi, je suis un papa de cinq beaux enfants. Il y a un peu plus d'un an et demi, j'ai décidé de me lancer dans une nouvelle aventure, celle de God Save The Kids. C'est un peu le prolongement de ma vie professionnelle passée, qui a du sens pour moi en tant que père de famille. Mon idée est donc née en fonction de cela, en plus du phénomène des places de marché qui permet d'élargir l'offre en ligne, d'augmenter le taux de transformation, et à des vendeurs partenaires de continuer leur métier de e-commerçant avec leur propre stock.
Je me suis aperçu qu'il existait peu de marketplaces spécialement dédiée aux 0-14 ans. Le projet est récent, nous avons ouvert en septembre 2013, et avons commencé à communiquer depuis le mois de novembre.

CCM - Comment avez-vous découvert la solution de marketplace Mirakl ?

LL - Je l'ai découverte par le bouche-à-oreille, via un professionnel du commerce en ligne qui m'accompagnait lorsque je travaillais pour le site de Kiabi. J'ai rencontré les fondateurs de Mirakl assez vite, et nous avons commencé à travailler ensemble. Il faut savoir qu'il existe peu de solutions de ce type, ou alors à l'étranger. La proximité a été un élément clé dans notre choix.

CCM - Justement, quels besoins spécifiques vous ont amenés à choisir cette solution ?

LL - Les besoins étaient immenses. J'avais l'expérience d'un commerçant « monomarque », et il me fallait passer à un site dont on ne maîtrise ni les stocks ni les prix. Sachant que nous allions devoir gérer différents aspects comme la facturation et la gestion d'un catalogue très large, Mirakl est arrivé « miraculeusement » vis-à-vis de nos besoins en termes de back office.

CCM - Racontez-nous la mise en place de votre marketplace.

LL - Mirakl nous a bien accompagnés. Nous avons pu caler nos besoins facilement grâce à une bonne écoute de leur part. Plusieurs intervenants ont été nécessaires pour cette phase de mise en place qui a duré environ 6 mois. Nous sommes notamment passés par un intégrateur qui a développé notre site Internet, et les connecteurs avec Mirakl sous notre contrôle. Il n'y a d'ailleurs pas eu de difficultés pour connecter le logiciel e-commerce aux outils de la solution.
Au début, nous avions des vendeurs en « beta » pour nous assurer que tout fonctionnait bien. Pour cela, nous avons dû nouer des contrats en amont de la mise en place.

CCM - Comment utilise-t-on une marketplace au quotidien ? Quelles sont les principales fonctionnalités que la solution met à disposition ?

LL - Mirakl nous permet d'accueillir et de mettre à jour des offres de prix. Nous avons accès à l'encours de commande : le client passe commande, nous validons la transaction et en parallèle, Mirakl génère une demande auprès du vendeur pour s'assurer que le produit est bien disponible. Le vendeur répond alors par oui ou non. Cela nous permet vérifier la rapidité d'acceptation et de livraison des commandes, et d'obtenir une notation du vendeur. En somme, nous avons une visibilité sur l'ensemble de la commande, même en cas de retour. Nous sommes un tiers de confiance, cela rassure les clients. Pour les vendeurs, nous disposons d'un outil de création de boutique : il s'agit d'un bac à sable, destiné à tester la boutique avant de basculer sur la mise en ligne.
Nous gérons également les commissions, les abonnements des vendeurs et les frais de port. Toutes les fonctionnalités de la solution sont amenées à évoluer avec le temps.

CCM - Comment se passent les relations avec les vendeurs ? Comment gérez-vous le service clients ?

LL - La relation se noue naturellement entre le client et le vendeur. En cas de problème, un outil de conversation est mis à disposition du client pour discuter avec le vendeur. De notre côté, en tant qu'opérateur, nous avons une vision d'ensemble sur les conversations et nous pouvons intervenir si besoin. Comme nous sommes un sélectionneur d'offres, nous nous devons de garantir la qualité des produits et des services pour les clients, et de la plateforme pour les vendeurs. Il est essentiel d'être vigilant sur tous les plans.

CCM - La période de Noël vient de s'achever. Comment gérez-vous ce type de temps forts pour le e-commerce ?

LL - La saisonnalité est effectivement très forte dans ce domaine : à Noël, les ventes de jouets se sont énormément développées. Nous n'avons pas de fonctionnalité particulière via Mirakl, mais nous pouvons mettre en place un merchandising adapté aux événements.

CCM - Comment vous rémunérez-vous ?

LL - Il s'agit d'un modèle à la performance : nous facturons une commission sur les ventes réalisées. C'est un système vertueux : plus on génère de ventes, plus les vendeurs et les clients sont satisfaits.
De plus, les vendeurs qui disposent d'un catalogue important payent un abonnement pour participer à l'effort d'hébergement.

CCM - Quels sont les points forts de la solution que vous utilisez ? Sa valeur ajoutée ?

LL - Les fondateurs connaissent bien les principes et les écueils des marketplaces car ils ont travaillé sur celle de la Fnac. Ils ont capitalisé sur cette expérience pour créer une solution clé en main qui nous a permis de gagner un temps fou, et qui nous apporte de nombreuses fonctionnalités. Le côté « made in France » joue beaucoup également.

CCM - Selon votre expérience, quels points seraient à perfectionner ?

LL - Il manque la gestion du catalogue, ce que l'on appelle le PIM (Product Information Management). Nous avons dû le développer en parallèle car nos produits se renouvellent souvent. Mais ils sont actuellement en train d'intégrer cette dimension.

Repères

Mirakl

  • Solution logicielle de marketplace avec accompagnement stratégique, technique et opérationnel
  • Lancée en 2012
  • Le site de Mirakl

God Save The Kids

  • Marketplace dédiée aux 0-14 ans qui regroupe grandes marques et petits créateurs
  • Equipe de 9 salariés
  • Le site God Save The Kids