La NSA a piraté un câble sous-marin utilisé par Orange

La NSA a piraté un câble sous-marin utilisé par Orange


Les révélations d'Edward Snowden se poursuivent encore. Selon le journal allemand Der Spiegel, la NSA a piraté le câble sous-marin qui relie l'Europe à l'Asie en passant par l'Afrique du Nord. Utilisé par une dizaine d'entreprises de télécommunication, cela a permis à la NSA d'intercepter de nombreuses données. Une des entreprises concernées, Orange n'exclut pas une action judiciaire.

Débutées au mois de juin, les révélations d'Edward Snowden ne sont toujours pas terminées. Pour prévenir les attaques terroristes, les pratiques de la NSA semblent de plus en plus intrusives dans la vie des personnes du monde entier et ne pas respecter toutes les exigences des gouvernements.

Les dernières informations sont transmises par le journal allemand Der Spiegel. Elles concernent, cette fois-ci, le câble sous-marin SEA-ME-WE 4 qui relie l'Europe à l'Océanie et l'Asie via le Moyen-Orient. Construit par une filiale d'Alcatel, Alcatel-Lucent Submarine Networks, spécialiste du secteur, il appartient et est utilisé par un groupe d'une douzaine d'entreprises de télécommunication et de gouvernements. Ce câble est très important puisqu'il apporte le très haut débit aux différents pays et territoires.
Selon le quotidien, la NSA aurait piraté ce câble sous-marin et, ainsi, intercepté de très nombreuses données. Pour ce faire, l'autorité de surveillance américaine aurait piraté les entreprises avec un virus.
Parmi les entreprises concernées, Orange. L'opérateur français fait partie du consortium qui finance et utilise le câble sous-marin.
Suite à ces révélations, Orange a réagi en précisant n'avoir « aucune implication dans de telles manoeuvres, effectuées entièrement à son insu et qui concerne a priori des équipements dont elle est usager et non gestionnaire. Si piratage il y a eu, cela n'a pas pu se faire via le réseau d'Orange qui n'a connu aucune attaque de ce type ».
L'opérateur se réserve le droit de saisir la justice « dans l'hypothèse où des données Orange transportées par le câble en question auraient fait l'objet d'une tentative d'interception et va, notamment, se constituer dans les prochains jours partie civile ».

Orange précise que la protection des données est importante et qu' « aucune institution ni aucun État ne peuvent s'affranchir de ce respect ».

Crédit photo: Orange