Application mobile : les utilisateurs prêts à payer pour protéger les données et éviter la pub

Application mobile : les utilisateurs prêts à payer pour protéger les données et éviter la pub

Les applications mobiles gratuites sont très largement préférées par les consommateurs, mais elles impliquent souvent de la publicité. Une étude, réalisée par l'université du Colorado, a montré que les utilisateurs sont prêts à payer pour garder confidentielles leurs données et éviter la publicité.

Le marché des applications mobiles progresse régulièrement. Le cabinet d'analyses Gartner estime que cette année environ 102 milliards de téléchargements seront effectués, tous systèmes d'exploitation confondus. Ce secteur devrait générer un chiffre d'affaires d'environ 26 milliards de dollars.

Au sein de ce secteur, les consommateurs privilégient massivement les applications gratuites, même si de nombreuses sont considérées comme mortes. Celles-ci représentent environ 91 % de tous les téléchargements effectués cette année et devraient croître encore à l'avenir.
Toutefois, si ces applications sont gratuites, les développeurs et éditeurs en retirent des revenus. Et ce, par divers moyens : la publicité, la vente des informations personnelles ou encore par les achats intégrés via l'application.

Une étude de l'université du Colorado vient de mettre en évidence que cette situation ne satisfait pas les consommateurs. En effet, les économistes Scott J. Savage et Donald M. Waldman ont présenté à 1 700 possesseurs de smartphones six différentes applications. L'une d'elles était une application existante et totalement gratuite. Les cinq autres applications détenaient les mêmes fonctionnalités, mais présentaient différents niveaux de protection de la vie privée et de publicité, avec des prix différents.
Cette étude a mis en évidence que les consommateurs étaient prêts à payer en moyenne 5 dollars pour télécharger une version de l'application qui proposait une certaine protection contre la publicité et ne divulguait pas leurs données personnelles.
Les auteurs de cette étude ont calculé que, les consommateurs interrogés possédant en moyenne 23 applications, cela représenterait 16 milliards de dollars de revenus aux États-Unis.

Si ce tarif peut sembler important, pas sûr que les éditeurs préfèrent recevoir 5 dollars pour chaque application. Les revenus perçus indirectement sont, peut-être, plus avantageux et peuvent s'accumuler dans le temps.

Crédit photo: Wolf Gang/ Flickr