NSA / Edward Snowden prend la parole

NSA / Edward Snowden prend la parole


Depuis plus de 6 mois, les révélations concernant la NSA se multiplient. Edward Snowden, à l'origine de ces informations, est en exil depuis fin juillet en Russie. Jusque-là, il gardait le silence et laissait parler les journalistes. Pourtant, à l'occasion de Noël, l'ancien consultant a accordé un entretien au journal Washington Post ainsi qu'à la chaîne TV Channel4.

Depuis le mois de juin, la NSA et le gouvernement américain sont dans la tourmente. Les révélations concernant les outils de surveillance se succèdent. Sous couvert de prévention des actes terroristes, la National Security Agency (NSA) surveille et intercepte les données des internautes du monde entier. Via les mails, les réseaux sociaux, mais aussi les jeux vidéos, les data centers, les téléphones mobiles, etc., les agissements de la NSA ont beaucoup choqué.

Celui qui a intercepté les nombreux documents internes prouvant ces actions est Edward Snowden. Ancien consultant de la NSA, il a été choqué et a voulu révéler ces informations au monde entier. Toutefois, les conséquences pour lui ne se sont pas fait attendre. Dès le mois de juin inculpé par le gouvernement américain de vol, espionnage et utilisation illégale de biens gouvernementaux, il est, depuis fin juillet, exilé en Russie.
Silencieux jusqu'ici, il vient d'accepter des entretiens par le Washington Post et Channel4.
Au journal, il a, surtout, déclaré que sa « mission est accomplie », car il a réussi à transmettre les informations aux journalistes. Il a précisé qu'il « n'essaie pas de faire tomber la NSA à terre », mais veut l'améliorer.
Par ailleurs, à la chaîne télévisée, il s'est adressé à tous : « Un enfant né aujourd'hui grandira sans conception aucune de ce qu'est la vie privée. Il ne saura jamais ce que cela signifie d'avoir un moment de vie privée, d'avoir une pensée qui n'est ni enregistrée ni analysée. Et c'est un problème, car la vie privée est importante. La vie privée nous permet de déterminer qui nous sommes et qui nous voulons être ».
Celui qui a pris des risques et est, selon son avocat, en danger physique, invite les citoyens à réagir : « ensemble, nous pouvons trouver un meilleur équilibre, mettre fin à la surveillance de masse et rappeler au gouvernement que, s'il veut vraiment savoir comment on se sent, cela revient moins cher de demander que d'espionner ».

Crédit photo: NSA