Microsoft : Alan Mulally ne succèdera pas à Steve Ballmer. Cela devient complexe !

Microsoft : Alan Mulally ne succèdera pas à Steve Ballmer. Cela devient complexe !

Suite à l'annonce du départ de Steve Ballmer, Microsoft espérait lui trouver un remplaçant d'ici la fin de l'année. Un des candidats les plus cités, Alan Mulally, vient d'annoncer qu'il ne quittera pas la direction de l'entreprise Ford. La liste est, maintenant, très restreinte et la situation devient complexe pour Microsoft.

On ne sait pas vraiment si le départ de Steve Ballmer est volontaire ou s'il lui a été soufflé. Quoi qu'il en soit, Microsoft cherche un nouveau dirigeant depuis le mois d'août et souhaiterait finaliser la succession d'ici la fin de l'année. Depuis quelques mois, une liste de candidats internes et externes à Microsoft a été dressée. Mais, au fil du temps, celle-ci se réduit. Dernièrement, Stephen Elop, ancien PDG de Nokia et actuel vice-président responsable des activités Devices et Services de Microsoft, aurait été écarté. Son projet de se séparer de Xbox et Bing n'aurait pas satisfait le Conseil d'Administration de Microsoft. Autre candidat qui ne serait plus dans la course, Tony Bates, vice-président exécutif de Microsoft responsable du développement.

Il y a quelques jours encore, deux candidats semblaient sérieux : Alan Mulally, PDG de Ford, et Satya Nadella, vice-président en charge du Cloud et des entreprises chez Microsoft. Toutefois, le PDG de Ford vient d'indiquer qu'il ne quittera pas ses fonctions avant fin 2014. Incompatible avec la situation de Microsoft.
Il ne resterait, donc, qu'un seul candidat en lice ! Mais, Microsoft se dit ouvert à d'autres candidatures et présentera, peut-être, un PDG « surprise ».
Si le candidat en interne, Satya Nadella, avait convaincu tous les membres du Conseil d'Administration, on peut penser que, bientôt mi-décembre, il aurait été promu.
La situation n'est pas simple pour Microsoft. L'importance du groupe, la grande diversité de ses activités, les nouveaux défis à relever, etc. nécessitent un profil très complet. Sans oublier que la firme n'a connu, dans son histoire, que 2 PDG.

Microsoft va-t-il nommer un PDG par intérim ? S'accorder plus de temps ? Opter pour plusieurs dirigeants spécialisés dans les différentes activités ? À suivre.

Crédit photo: Microsoft

A voir également