Nokia : le bonus financier de Stephen Elop choque la Finlande

Nokia : le bonus financier de Stephen Elop choque la Finlande


Après avoir travaillé pour Microsoft, Stephen Elop est arrivé à la tête de Nokia en 2010. Il a orienté l'entreprise vers la fabrication de smartphones sous Windows Phone de Microsoft. Depuis l'annonce du rachat de la division mobile de Nokia à la firme américaine, les accusations envers Stephen Elop se multiplient. Après avoir dévoilé une clause troublante de son contrat, le montant de son bonus financier choque les Finlandais et les membres du gouvernement.

Après avoir occupé, deux années, un poste à responsabilité chez Microsoft, Stephen Elop est engagé à la tête de Nokia en septembre 2010 pour relancer l'entreprise. La principale stratégie mise en place était de favoriser la fabrication de smartphones sous Windows Phone. Malgré le manque de succès de l'OS mobile, Nokia a gardé cette orientation et a perdu de nombreuses parts de marché.

Ce 3 septembre, Nokia annonçait vendre sa division mobile à Microsoft. Et ce, pour 7.2 milliards de dollars alors qu'en septembre 2010, elle était évaluée 40 milliards de dollars.

Cette entreprise est un des fleurons de la Finlande. Depuis cette annonce, la position de Stephen Elop est remise en doute. Le PDG est, même, qualifié de cheval de Troie par certains qui estiment qu'il est à l'origine du déclin et de la vente de Nokia.
Le principal journal finlandais « Helsingin Sanomat » a mis en évidence une clause du contrat de Stephen Elop qui interpelle et dérange le Conseil d'Administration (CA) de Nokia. Celui-ci avait, d'abord, affirmé que le contrat du PDG était identique à ses prédécesseurs. Toutefois, le journal a révélé une clause étonnante. Si l'action de Nokia baissait, que la vente d'une division devait être effectuée et était suivie par un rebond de l'action........ Stephen Elop touchait une prime de 25 millions de dollars. Scénario improbable qui s'est pourtant réalisé. Depuis, le CA a reconnu que le contrat comprenait cette clause absente de celui du prédécesseur.

Cette prime choque les Finlandais, non habitués à ce type de bonus. Le gouvernement, également interpellé, a demandé, tout comme le CA de Nokia, à Stephen Elop de baisser le montant. Celui-ci a refusé, car, en instance de divorce, il affirme que sa femme peut demander la moitié de cette somme.

Cette réaction n'a pas calmé les Finlandais.
Celui qui va, bientôt, rejoindre Microsoft et pourrait en devenir le PDG ne se donne pas une image très positive.

Crédit photo: Nokia