Microsoft rachète la division mobile de Nokia

Microsoft rachète la division mobile de Nokia
Étonnant ou pas, Microsoft vient d'annoncer le rachat de la division mobile de Nokia. En s'appropriant son partenaire fabricant de smartphones, la firme de Redmond assure la survie de Windows Phone et élargit son offre de produits.

Leader de la téléphonie mobile durant de nombreuses années, Nokia est depuis plusieurs trimestres en difficulté. Raison fréquemment avancée, la fabrication majoritaire de smartphones sous Windows Phone, développé par Microsoft. Hasard ou pas, Stephen Elop, PDG depuis 2010, est un ancien responsable de Microsoft. La nouvelle tactique de Nokia a été mise en place en 2011 sous son impulsion. Un partenariat avec Microsoft lui a permis de parvenir à des accords privilégiés et de construire, aujourd'hui, 80 % des smartphones Windows Phone.

Le problème est que Windows Phone est un système d'exploitation mobile qui, au deuxième trimestre 2013, n'est présent que sur 3.3 % des smartphones dans le monde.
Malgré des initiatives -commercialiser de nouveaux smartphones, solliciter Microsoft pour développer des applications Windows Phone, proposer une mise à jour majeure des smartphones sous Windows Phone 8 ou encore racheter les parts de son partenaire Siemens- la situation restait critique.

Microsoft vient d'annoncer le rachat de Devices & Services business de Nokia. Pour 7.2 milliards de dollars, le géant américain s'offre l'ensemble de la division mobile incluant les brevets, les produits ainsi que les employés travaillant dans les différents lieux de production, conception, marketing, etc. soit 32 000 salariés qui vont rejoindre Microsoft. Nokia continue avec ses activités dans les domaines des réseaux, logiciels et services.
Avec cet achat, Microsoft s'assure que son OS mobile sera soutenu par un fabricant de smartphones et pourra tenter de renforcer sa part de marché.
Par ailleurs, à l'instar de sa tentative dans le secteur des tablettes avec Surface, Microsoft effectue un virage en devenant fabricant de produits supports.

L'avenir dira si cette transaction sera favorable à Microsoft.

Crédit photo: Nokia