Facebook publie le nombre des demandes gouvernementales. La France est présente !

Facebook publie le nombre des demandes gouvernementales. La France est présente !
Depuis les révélations de PRISM et XKeyscore, les grandes entreprises américaines du web tentent de rassurer les internautes. Chacun y va de ses déclarations pour assurer que la protection des données personnelles leur est importante. Dans cette optique, Facebook a décidé de publier régulièrement les demandes d'informations émanant de chaque gouvernement. Sur les 6 premiers mois de l'année, la France a demandé des informations sur 1598 comptes.

Les informations concernant les programmes secrets PRISM et XKeyscore ont interpellé le monde entier. Au-delà des internautes et de certains responsables politiques choqués, les grandes entreprises américaines craignent des conséquences néfastes. Parmi elles, les acteurs du cloud computing estiment que leurs clients pourraient se tourner vers d'autres pays.

Par ailleurs, les grands noms du web, nommés lors des révélations, ont peur que des internautes fuient leurs sites.
Parmi eux, Facebook a décidé de jouer la transparence. Pour montrer combien sa procédure est complexe, l'entreprise publiera, régulièrement, sur son site les demandes venant des différents gouvernements.
Le premier rapport résume les demandes reçues durant le premier semestre 2013. Y sont précisés les noms des pays, le nombre de demandes, le nombre de comptes et utilisateurs impliqués pour chaque demande et, bien sûr, le pourcentage d'obtentions, au moins partielles, d'informations.
Sans grande surprise, les États-Unis arrivent en tête avec 12 000 demandes concernant 21 000 comptes Facebook. 79 % des demandes ont reçu, au moins, quelques informations. En deuxième position, l'Inde a obtenu de Facebook des informations sur 50 % des 4 144 comptes visés. Le Royaume-Uni a sollicité auprès de l'entreprise les données de 2 337 utilisateurs et a accédé à 68 % d'entre elles.
Ensuite viennent l'Italie, l'Allemagne et la France. Notre pays a demandé des informations sur 1 598 comptes Facebook et a reçu 39 % de réponses favorables.
Au sein de ce rapport, Facebook précise que ces demandes concernent des enquêtes criminelles ou liées à la sécurité nationale.
En tout, 71 pays ont effectué 25 000 demandes.

Vouloir jouer la transparence en montrant que les données personnelles des abonnés ne sont pas faciles d'accès est louable. Toutefois, Facebook semble bien moins sûr de cela quand il s'agit de vendre ou communiquer les informations personnelles aux annonceurs.

Crédit photo: Facebook