Bouygues Telecom et SFR souhaitent devenir partenaires

Bouygues Telecom et SFR souhaitent devenir partenaires


Nouveau rebondissement dans le marché des télécommunications. Bouygues Telecom et SFR ont entamé des discussions afin de mutualiser leurs réseaux respectifs. Les objectifs sont d'améliorer la couverture 3G actuelle et le déploiement des infrastructures 4G. Et, peut-être bien, de faire barrage à Free Mobile...

Depuis quelques mois, les opérateurs historiques de téléphonie mobile misent sur le déploiement du très haut débit pour conquérir et reconquérir des consommateurs. Ainsi, Bouygues Telecom, SFR, Orange, sans oublier le nouveau venu Free Mobile, pourront, avec la 4G, faire la différence et générer plus de profits.
Dans cette course, chacun y va de ses atouts et stratégies. Le dernier évènement marquant a été l'autorisation obtenue par Bouygues Telecom de réallouer ses bandes fréquences 1800 MHz 2G en 4G. L'Arcep a, ainsi, donné à l'opérateur une potentielle avance sur ses concurrents.

Nouvel évènement. Bouygues Telecom et SFR viennent de déclarer avoir amorcé des discussions afin de trouver un accord. L'idée est de mutualiser les réseaux respectifs des opérateurs. L'objectif déclaré est d'améliorer la couverture existante hors zones denses. Par ailleurs, un partenariat permettra aux opérateurs de partager les investissements liés au déploiement 4G. Chacun poursuivant le déploiement de ses infrastructures propres, ils pourraient se compléter au niveau géographique.
Ces discussions ne portent pas sur les fréquences. Elles portent sur les infrastructures passives et les équipements actifs. Ainsi, SFR ne pourra pas bénéficier du refarming accordé à Bouygues Telecom.

Au-delà de réduire les investissements et améliorer la couverture de leurs abonnés, ce partenariat permettrait à Bouygues Telecom et SFR de mieux contrer le développement de Free Mobile. Ils pèseraient bien plus lourd.
Le gouvernement a été averti et accepte cette tentative de rapprochement. Toutefois, il précise que les divisions commerciales doivent rester distinctes. L'Arcep, agence de régulation, donnera son avis après la conclusion des discussions. Il n'est pas dit que cette autorité ne trouve pas cette association anticoncurrentielle.

Crédit photo: Bouygues Telecom/SFR