Apple : sa condamnation pourrait avantager les consommateurs d'autres produits culturels

Apple : sa condamnation pourrait avantager les consommateurs d'autres produits culturels


Le verdict est tombé ce 10 juillet. Apple a été reconnu coupable d'ententes illégales avec les éditeurs de livres électroniques pour contrer Amazon en augmentant les prix publics. Ce jugement retentissant a de quoi satisfaire les 33 états américains engagés. Et, même si Apple a annoncé vouloir faire appel, l'entreprise va devoir faire attention à ses futurs contrats de vente de produits culturels.

Mettre en porte à faux une entreprise comme Apple, il fallait oser. L'administration américaine ainsi que 33 états fédéraux l'ont fait. Après avoir remarqué une hausse importante des prix des livres électroniques suite à l'arrivée d'Apple dans ce marché, le gouvernement a fait procéder à une enquête. Accusé d'avoir conclu un arrangement avec les éditeurs, cela aurait permis à Apple de provoquer une augmentation généralisée des prix et de concurrencer Amazon.

Comme nous vous avons parlé, les 3 semaines de débats du procès n'ont pas ébranlé la position des dirigeants d'Apple, persuadés de n'avoir rien fait d'illégal. Toutefois, ce 10 juillet, la justice américaine a reconnu Apple coupable. Dans son désir de maintenir la transparence et la libre concurrence, les États-Unis viennent d'obtenir une grande victoire.

Les entreprises du e-commerce sont averties. Le gouvernement veille. Et Apple, même s'il envisage de faire appel, peut prendre garde. La firme, qui tient à contrôler un maximum d'éléments et, notamment, les prix publics de toutes ses activités, devra faire attention aux conditions de ses futurs contrats. Quel que soit le produit culturel, tenter d'affaiblir les concurrents en essayant de verrouiller les prix ne sera plus sans conséquence.

Le modèle économique des livres électroniques empêchait toute concurrence des prix et était, surtout, défavorable aux consommateurs. Ceux-ci sortent principaux gagnants de ce procès et des modifications qui devraient suivre. Films, musiques, livres, journaux en ligne, etc, Apple ou une autre entreprise ne devrait plus pouvoir contrôler un marché.

Crédit photo: Apple