L'encaissement sur iPad : simple d'utilisation, et paramétrable sur mesure

L'encaissement sur iPad : simple d'utilisation, et paramétrable sur mesure
L'utilisation des tablettes dans le monde professionnel s'étend à une large variété de domaines. Les commerçants aussi, s'y mettent, grâce à des applications d'encaissement sur supports mobiles. C'est ce que propose la solution ShopCaisse, disponible sur iPhone, iPod et iPad. Entièrement configurable, elle devient un outil sur mesure pour tous types de commerce.

iKentoo, TacTill, ou encore l'Addition sont d'autres solutions d'encaissement pour tablettes.

Romain Bailly utilise ShopCaisse sur iPad pour encaisser les commandes des clients de son restaurant. Il nous livre son retour d'expérience.


CCM - Pouvez-vous vous présenter, ainsi que votre restaurant ?

Romain Bailly - Je suis Romain Bailly, responsable du Bistro Poulette. C'est un petit restaurant qui compte deux salariés. Notre particularité : nous sommes ouverts aux horaires du marché, de 7 heures à 15 heures.

CCM - Comment avez-vous connu la solution ShopCaisse ?

RB - Au moment de monter mon projet de restaurant, je cherchais une solution pour ma caisse. J'ai entendu parler d'une solution suisse du même type, iKentoo, mais qui était un peu chère pour moi. J'ai découvert ShopCaisse au fur et à mesure de mes recherches, notamment sur des forums, et j'ai demandé à Romain Hautot, son créateur, de me fournir l'application sur iPad. Celle-ci étant encore en cours de développement, j'ai proposé d'être l'un des « testeurs ».

CCM - Depuis combien de temps l'utilisez-vous ?

RB - Depuis trois mois. Depuis sa première mise en service, des mises à jour ont été effectuées, avec des nouvelles options et des corrections. Au début, j'ai eu des soucis de calculs et de TVA, mais ils ont été rapidement résolus.

CCM - A quels besoins répond-elle ?

RB - J'ai une contrainte énorme, qui est la place. Je dispose de quinze mètres carrés pour la cuisine, la caisse, et le bar, puis de quinze mètres carrés de terrasse. Il fallait vraiment que j'optimise l'espace au maximum. La solution répond à une problématique de coût, car elle reste moins chère qu'une caisse tactile traditionnelle.

L'iPad peut aussi être utilisé à des fins commerciales : je peux prendre des photos des stocks, par exemple. C'est un outil ludique, et l'application est simple à utiliser pour les serveurs qui n'ont pas besoin d'une formation de quatre heures pour apprendre à s'en servir. De plus, je peux rentrer chez moi avec, ça ne prend pas de place, je ne risque pas de me le faire voler.

CCM - Comment s'est déroulée l'installation de la solution dans votre restaurant ?

RB - J'ai acheté le matériel dont j'avais besoin sur les conseils de Romain Hautot : l'iPad, l'imprimante et l'AirPort pour générer le réseau Wifi. On a passé une demi-heure au téléphone pour discuter de l'imprimante, et j'ai compris assez rapidement. C'était simple pour moi, ayant fait l'école hôtelière et ayant l'habitude de travailler avec des caisses. Lui est informaticien, donc nous avons des discours complémentaires.

L'application est paramétrable sur mesure : c'est le restaurateur qui rentre toute sa carte, ses serveurs, ses TVA, etc. Il y a une autonomie complète sur la configuration de l'application. Même le fond et les couleurs peuvent être modifiés. Cela prend un peu de temps, mais pas plus qu'une autre caisse tactile. De mon côté, cela m'a pris une soirée. Mais avec l'iPad, on peut le faire de n'importe où. Si la tablette est chargée, vous pouvez emmener votre enfant au parc, et paramétrer votre carte des vins sur place !

CCM - Et au quotidien, comment fonctionne-t-elle ?

RB - En général, ma caisse est à zéro quand j'arrive le matin. On commence à traiter les tickets de la journée, à sortir les additions. En fin de journée, on obtient un reporting classique avec le CA généré, les détails des ventes et des encaissements selon les modes de paiement, ainsi que le détail de la TVA. C'est exactement le même système qu'une caisse autonome, sauf que c'est l'outil qui change, et les données sont sauvegardées constamment sur des serveurs. On peut également économiser du papier : trois sauvegardes sont faites sur l'iPad, sur mon ordinateur à domicile, et sur les serveurs de ShopCaisse. Je pourrais dire à mes salariés de ne pas imprimer le ticket de fin de journée.

La journée, l'iPad est branché sur secteur. Il faut donc trois prises : une pour l'imprimante, une pour l'AirPort, et une pour la tablette. Dans la limite de portée du Wifi, je peux me balader avec l'iPad et sortir mes tickets.

CCM - Y a-t-il une fonction pour analyser vos statistiques ?

RB - Par rapport à des outils plus pointus, ShopCaisse est beaucoup plus simple en terme d'analyse. On peut paramétrer plusieurs comptes, donc sortir la performance de chaque serveur, ou un chiffre d'affaires détaillé. Mais les ratios, les tableaux et les évolutions, je les fais plutôt de mon côté.

CCM - Vous évoquiez les mises à jour de la solution. Qu'ont-elles apporté depuis la première version de l'application ?

RB - Ce sont des petits détails qui rendent l'utilisation plus confortable. Par exemple : le transfert de table si les clients bougent, ou encore la gestion des pourboires.

CCM - Quels sont les points forts de cette solution d'encaissement ?

RB - Ses points forts sont surtout son confort d'utilisation, le fait qu'elle puisse fonctionner dans un espace réduit, et la simplicité de son paramétrage.

CCM - Selon votre expérience, quels points seraient à améliorer ou à rajouter ?

RB - Le développement de l'outil vers l'analyse serait un vrai plus. Il serait intéressant de pouvoir visualiser automatiquement les ratios, les progressions, etc.

Repères

ShopCaisse


Le Bistro Poulette