Apple aurait envisagé de laisser le marché des ebooks à Amazon

Apple aurait envisagé de laisser le marché des ebooks à Amazon

Depuis le 3 juin, à New York se tient un important procès mettant en cause Apple. La marque à la pomme est accusée d'avoir influencé les éditeurs de livres électroniques lors de l'ouverture de l'iBookstore. Ce 13 juin, l'audition d'Eddy Cue a apporté un nouvel élément : Steve Jobs et lui-même auraient envisagé de laisser le marché des ebooks à Amazon si ce concurrent n'empiétait pas dans le marché de la musique dématérialisée.

Avant l'arrivée d'Apple dans le marché des livres électroniques, Amazon avait le monopole, avec 80 % des ventes. Steve Jobs, à la tête d'Apple en 2010, désirait intégrer ce marché. Profitant de la sortie de l'iPad, la firme a mis en place l'application iBooks.
Suite à cela, les prix de nombreux livres électroniques ont augmenté auprès des distributeurs. Et ce, de 2 à 4 dollars environ.

La justice américaine s'est, alors, penchée sur cette situation. Sujet à caution, un arrangement entre les maisons d'édition et Apple en serait la cause.
Depuis le 3 juin, Apple est opposé au département de justice devant un tribunal fédéral de New York. La firme est accusée d'avoir négocié un nouveau type de contrat avec les maisons d'édition. Alors qu'avant, les distributeurs pouvaient fixer librement les prix de vente, les éditeurs les ont, ensuite, imposés.
Cela s'est avéré très défavorable à Amazon.

Durant les 10 premiers jours de procès, les auditions n'ont pas permis d'obtenir des aveux d'une collusion entre Apple et les 5 principaux éditeurs.
Le témoignage d'Eddy Cue, directeur général d'Apple, était très attendu ce 13 juin. Responsable d'iBooks, il a personnellement mené les négociations avec les éditeurs. Après avoir reconnu que les prix des livres électroniques avaient bien augmenté, il a nié toute intervention d'Apple.
Sur la réserve, Eddy Cue a, toutefois, évoqué une information. Avant de créer l'iBooks, Steve Jobs et lui-même avaient pensé se rapprocher d'Amazon pour proposer un arrangement. Ils ne se lançaient pas si Amazon leur laissait le marché de la musique dématérialisée. Cette idée, anticoncurrentielle, n'a, toutefois, pas été concrétisée.
Eddy Cue aura une nouvelle audition ce 17 juin, début de la dernière semaine du procès.

Crédit photo: Apple