Free Mobile : perquisition de la répression des fraudes

Free Mobile : perquisition de la répression des fraudes

Fin mai, la Direction Générale de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a effectué une perquisition dans les locaux parisiens du siège d'Iliad. Nous en savons plus aujourd'hui. Suite à une plainte de l'association UFC-Que choisir, cette perquisition visait à trouver des preuves de bridage des débits de Free sur les bandes passantes d'Orange.

Pour intégrer le marché de la téléphonie mobile, Free a dû justifier d'une couverture du réseau 3G de 27%. Depuis début 2012, l'opérateur n'a de cesse de développer cette couverture qui doit, en 2015, couvrir 75% du territoire. En parallèle, Free bénéficie du réseau Orange pour les zones non couvertes.

Selon le volume de débit utilisé, l'entreprise fondée par Xavier Niel, rémunère Orange. Et cela lui coûte cher ! Arrivé après les 3 principaux opérateurs, Free peine à étendre son réseau et doit faire appel à Orange pour environ 50% de la couverture nationale. Le directeur exécutif France d'Orange , Pierre Louette, ne cache pas que l'itinérance accordée à Free Mobile leur rapporte des revenus supérieurs à leur espérance. Initialement estimée à 1 milliard d'euros sur 5 ans, cette somme a été atteinte en seulement 2 ans. De quoi équilibrer les pertes causées par l'arrivée même de Free dans ce marché!

Toutefois, l'association UFC-Que choisir s'est penchée sur le débit proposé par Free lorsque les utilisateurs dépendent des antennes d'Orange. Selon elle, les débits pour visionner des vidéos seraient parfois bridés sur certains sites pour limiter les coûts dus à Orange. En juillet 2012, l'association a porté plainte pour « pratiques commerciales trompeuses » alors que les concurrents n'ont pas réagi. Après divers interrogatoires, la DGCCRF a effectué des perquisitions dans les locaux d'Iliad, la société mère, fin mai, pour trouver des documents prouvant cette accusation.

En réaction, Free nie brider le débit. En janvier 2013, Xavier Niel avait, même, accusé Orange de limiter la bande passante de certaines antennes pour ses clients.
Petit calcul : 500 millions d'euros par an à Orange, cela revient à 8 euros par mois pour chacun des 5,205 millions abonnés Free. L'itinérance de 50% de la couverture coûte, donc, cher à Free !
Affaire à suivre.

Crédit photo: Free Mobile