Menu
Donnez votre avis

Les recommandations « Google+1 » s'achètent sur le web

CommentCaMarche - jeudi 28 juillet 2011 - 09:27
Les recommandations « Google+1 » s'achètent sur le web
« Acheter » des recommandations Google +1, nouvelle tendance du social marketing pour les éditeurs de sites web et les entreprises ? A l'image de Twitter et Digg par le passé, le nouveau bouton de recommandation Google + 1 de Google fait le miel des services de « push » artificiels. Via un réseau de comptes Google, ils proposent aux sites web de recommander leurs contenus... par milliers de « + 1»

« Faites monter en flèche le classement de vos pages web du jour au lendemain ». C'est l'offre alléchante que propose le site « googleplus1supply.com », qui se spécialise dans la vente de recommandations Google + 1. Pour 249 $, les sites web peuvent obtenir 1000 recommandations (soit 0,25 $ le « push »). Ces services ont essaimé depuis le lancement et le développement rapide de Google +1. Pour rappel, celui-ci permet aux internautes connectés à leur compte Google de voter pour des contenus (+1) via le bouton « +1 » installé sur les sites web. Les recommandations des pages « plussées » s'affichent alors dans les résultats de recherche Google d'un utilisateur (ayant une session Google ouverte), lorsque l'un de ses contacts est l'auteur de la recommandation.

Course au référencement
Certains fournisseurs revendiquent être à la tête de réseaux de près de 100.000 comptes Google, ce qui leur permet de procéder à ces recommandations artificielles. Le mode opératoire est relativement simple : ils utilisent leur réseau pour « plusser » les contenus d'un site ayant souscrit au service, en échelonnant ce type d'actions dans le temps (14 jours généralement), pour améliorer le référencement des pages web par Google, sans être identifiés comme spammeurs.

En attendant que la firme de Mountain View, qui veut reprendre du terrain au bouton « Like » de Facebook, ne réagisse à ce phénomène, qui entraîne une concurrence déloyale dans la course au référencement.

En savoir plus
L'analyse du site ITProPortal sur ce phénomène (en anglais)
Le bouton +1 expliqué par Google
Ajouter un commentaire

Commentaires

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme