Les médias sociaux : critère d'évaluation de l'expertise des cadres français ?

Les médias sociaux : critère d'évaluation de l'expertise des cadres français ?
L'aptitude à s'exprimer sur les médias sociaux, critère d'évaluation nécessaire de l'expertise des cadres français ? Selon une étude l'Atelier - BNP Paris - Ifop, ces derniers, particulièrement actifs sur les médias sociaux -au service de leur entreprise- souhaiteraient que ce critère soit davantage pris en compte par leur manager pour évaluer leur travail. Tout comme leurs productions basées sur l'utilisation d'outils plus traditionnels (ex : Word, Excel).

L'enquête L'Atelier - BNP Paris - Ifop a été réalisée entre le 14 et le 21 juin 2011 et repose sur un échantillon de 1000 personnes, "représentatif de la population des cadres français". Avec pour objectif de faire le point sur les possibilités offertes par des médias sociaux, "les limites du genre ainsi que sur les dangers potentiels que leur utilisation pourrait receler dans les entreprise".

Principal enseignement de celle-ci : les cadres estiment que l'évaluation de leur expertise et la mesure d'influence de leur travail, auprès de leurs managers, sont "trop déconnectée de la réalité". Selon 61% d'entre eux, leurs compétences pourraient être jugées "en fonction de ce qu'ils publient via différents supports : courriels, documents de travail, échanges sur messagerie instantanée et réseaux professionnel".

Utiliser des outils de mesure d'influence sur les médias sociaux ?
Si une majorité d'entre eux utilisent des outils d'expression traditionnelles à cette fin (documents Word (67%), 58% des tableaux Excel, et 56% des présentations), ils sont aujourd'hui 32% d'entre eux à utiliser Facebook, Viadeo (27%) et LinkedIn (22%) pendant leurs heures de travail (usages internes et externes).

Une aptitude qui devrait, selon un quart d'entre eux, être prise en compte comme un critère d'évaluation de leurs performances. Sur ce plan, près d'un tiers des interrogés dit "accepter que les entreprises utilisent des outils de calcul d'influence" sur les communautés de travail pour mesurer l'impact de leurs publications (31%).

En savoir plus
Présentation de cette étude sur Slideshare