L'e-réputation « au coeur des préoccupations des entreprises », selon une étude

L'e-réputation « au coeur des préoccupations des entreprises », selon une étude
Selon une étude IDC-SAS, l'intégration des médias sociaux dans les stratégies de gestion de l'e-réputation serait désormais un fait acquis dans une majorité de grandes entreprises. Une prise de conscience qui se traduirait toutefois par la mise en oeuvre de techniques d'e-veille inadaptées.

Un des volets de l'étude conjointe réalisée par IDC en partenariat avec SAS intitulé « Médias sociaux et e-réputation » révèle que l'e-réputation est aujourd'hui une « préoccupation majeure dans les entreprises B2C de grande taille en France ». Les résultats reposent sur une enquête menée auprès des Directions marketing et communication de 124 entreprises.

Parmi les principaux enseignements de cette étude : la sécurisation de l'e-réputation arrive au deuxième rang des priorités des Directions marketing et communication interrogées (91%) derrière la fidélisation des clients. 34% des répondants estiment désormais que la réputation de leur marque sur internet influe directement sur les ventes, 74% estimant également que celle-ci à un impact indirect -et plus global- sur l'image de marque. Parmi les médias sociaux jugés particulièrement influents : 54% des personnes interrogés citent les publications sur les blogs.

Une e-veille inadaptée
Si les intentions des entreprises vont dans le sens d'un meilleur contrôle de leur e-réputation, la mise en application laisse à désirer, selon cette étude. Et plus particulièrement les initiatives de veille visant « à écouter les conversation sur les médias sociaux », encore ignorées (ou toujours en étude) par 52% des entreprises.

Ainsi en 2011, seulement « 30% des entreprises étudient ou mettent en oeuvre soit un type de solutions analytiques permettant d'analyser le contenu des conversations sur les communautés et les médias sociaux soit un autre type d'applications analysant les liens entre les individus les plus influents et leurs communautés » selon l'étude.

En savoir plus
L'Observatoire français des médias sociaux IDC et SAS, 2e édition « Médias sociaux et e-répurtation ».