1/3 du trafic web dans les entreprises échappe aux administrateurs réseaux

1/3 du trafic web dans les entreprises échappe aux administrateurs réseaux
Selon une étude de Palo Alto Networks, spécialiste de sécurité des réseaux, 36% du trafic réseau des entreprises dans le monde serait « invisible » et non contrôlé par les administrateurs. Une statistique liée à la multiplication d'applications (notamment issues du web social) recourant au protocole de sécurisation SSL ou aux techniques de port-hopping. Gourmandes en bande passante et peu transparentes, ces applications poseraient de nouveaux défis aux entreprises, notamment en France.

Les résultats de l'étude « Application Usage and Risk » publiée par Palo Alto Networks s'appuient sur l'analyse du trafic de 1 253 entreprises das le monde entre octobre 2010 et avril 2011. Ils donnent une vue élargie de l'utilisation des applications, et de la conformité de celles-ci avec les règles de sécurité, de consommations de ressources IT et de confidentialité en vigueur dans les entreprises.


Les chiffres concernant la France sont particulièrement préoccupants : ainsi 43 % des applications identifiées sur les réseaux des entreprises de l'Hexagone sont en capacité d'utiliser le SSL (assurant une connexion cryptée, non contrôlée par les administrateurs) ou le port hopping (recherche automatique des ports ouverts).

Elles consommeraient près de 40 % de la bande passante en moyenne. Les applications capables de faire du « port hopping » en France (1 application sur 7 environ) consommeraient 25 % de la bande passante en moyenne, soit près du double par rapport à la moyenne mondiale (13 %).

La montée en puissance de ce type d'applications dans les entreprises serait liée à la popularité des médias sociaux (dont Facebook et Twitter), des services qui proposent le SSL pour apporter une sécurité accrue aux utilisateurs.

En savoir plus
L'étude détaillée Application Usage and Risk Report de Palo Alto Networks