La consumérisation de l'informatique : un risque pour l'entreprise, selon une étude

La consumérisation de l'informatique : un risque pour l'entreprise, selon une étude
Un étude menée par McAfee en collaboration avec Carnegie Mellon met en évidence les risques liés à la « consumérisation » de l'informatique dans les entreprises. La mixité d'usages professionnel et personnel des périphériques mobiles utilisés par les salariés poseraient des problèmes de sécurité, notamment en cas de pertes de terminaux contenant des données sensibles.

Cette étude qui s'est penchée sur « la sécurité mobile et la consumérisation de l'informatique » a été réalisée par McAfee et Carnegie Mellon, auprès de 1500 répondants (utilisateurs d'équipement mobile et décideurs informatiques) répartis dans 14 pays, dont la France.

Premier constat : l'ubiquité des usages (personnel et professionnel) à partir du même terminal se généralise, et « la ligne entre ces types d'utilisation continue de s'estomper », souligne le rapport. Ainsi, 63 % des équipements connectés au réseau d'entreprise seraient également utilisés à des fins personnelles. Dans cette catégorie, on retrouve en premier lieu les ordinateurs portables (72%), devant les smartphones (48%), les clés USB (46%), les disques durs externes (33%), les miniportables (19%) et enfin les tablettes tactiles (10%).

Fuite de données sensibles
Deuxième point saillant de cette étude : le « mélange des genres » ne fait pas bon ménage, notamment pour la préservation des données sensibles présentes sur ces terminaux. Et ce « même si les entreprises commencent à prendre conscience du danger relatif à l'utilisation généralisée de périphériques mobiles sans sécurité, ni comportement adéquat ou connaissance des politiques de sécurité, de leurs employés. »

Selon les résultats de l'enquête, 40% des entreprises revendiquent des périphériques mobiles perdus ou volés contenant des données sensibles d'entreprise. Sachant qu'une personne sur 3 conserve des informations professionnelles sensibles sur son périphérique mobile.

Ces pertes ont des conséquences financières sur l'entreprise dans un cas sur trois. Parmi les informations les plus « fuitées » : les données clients (40%), les données relatives à la propriété intellectuelle de l'entreprise (30%), les données financières (15%) et enfin les données d'emploi (10%).

En savoir plus
L'intégralité du rapport français « Mobile et sécurité : opportunités exceptionnelles et défis de taille »