Apple fait arrêter trois employés de son sous-traitant Foxconn

Apple fait arrêter trois employés de son sous-traitant Foxconn
Décidément Apple semble prendre la grosse tête depuis ses bons résultats, et se permet des comportements en dehors de toute élégance. Après avoir mis sous pression ses prestataires à tel point que certains se sont suicidés (lire notre précédent article), et utilisé des composants dangereux ayant mis en danger la vie des employés de ses sous-traitants (lire cet autre article), on apprend que la marque américaine a demandé l'arrestation de trois employés de Foxconn.

Cette action a eu lieu en décembre dernier, suite à des soupçons de divulgation d'informations relatives à l'iPad 2, la dernière version de la tablette numérique d'Apple. Les trois employés ont été mis en examen le mois dernier pour violation des secrets de l'entreprise.

Non content de sous-traiter en Chine la fabrication de ses appareils, de faire travailler les employés dans des conditions de stress et à des bas salaires, la marque se permet de faire payer aux tiers ses failles de communication. Le tout alors que l'entreprise réalise des marges exorbitantes. Rappelons en effet qu'au dernier trimestre, l'entreprise réalisait un bénéfice net de près de 6 milliards de dollars pour un chiffre d'affaires de 24,6 milliards de dollars.

Parallèlement à cette annonce, on apprenait que les employés de Foxconn avaient été forcés de signer une charte spécifique suite aux 13 suicides signalés dans ses usines l'année dernière. Les employés s'engagent à ce que leur famille ne puisse pas réclamer de dommages et intérêts importants s'ils se suicident.

L'AFP rappelle dans une dépêche que les conditions de travail de ce sous-traitant d'Apple, qui fabrique notamment les iPhones, sont inhumaines. Après avoir interviewés 120 employés de la firme, il ressort que les employés réalisent en moyenne entre 80 et 100 heures supplémentaires par mois non payés, pour un salaire de 200 dollars par mois. Les journées de 10 heures ou plus sont fréquentes, et l'encadrement très strict. Les mesures prises depuis les premières révélations de ce scandale sont qualifiées de cosmétiques.

Il est simplement regrettable qu'une firme comme Apple, qui joue sur son image de marque, se laisse aller à ce genre de pratiques. Plutôt que d'aider son prestataire à changer ses habitudes de travail, et à respecter ses salariés, il ajoute de la pression à des employés qui n'en avaient pas besoin, et qui au contraire attendent plutôt une redistribution des incroyables bénéfices que la société réalise sur leur dos.

Droits photo Kalafoto / Fotolia
A voir également