Les tablettes Internet veulent devenir plus qu'un gadget à la mode

Les tablettes Internet veulent devenir plus qu'un gadget à la mode
Malgré leurs indéniables qualités, l'iPad d'Apple et la Galaxy Tabs de Samsung ont été des produits imparfaits car les premiers du genre. S'ils ont conquis une frange de la population non négligeable (4 millions d'exemplaires vendus chez Samsung, 14,8 millions chez Apple), ils demeurent assez peu utilisés en France.

Selon l'institut Gfk, il se serait vendu en France l'année dernière à peine plus de 435 000 tablettes pour un chiffre d'affaires de 220 millions d'euros, ce qui reste marginal à coté des ventes de smartphones (12 millions d'unités vendues selon Gfk à la même période) et de PC (11,8 millions d'unités vendues selon Gartner en 2010).

Même pour les utilisateurs déjà convaincus, il faut admettre que cette génération de tablettes possède plusieurs défauts. Tout d'abord, le format d'écran n'a pas fait que des heureux : certains reprochent à l'iPad d'être trop encombrant et trop lourd avec son écran de 9,7 pouces, mais à l'inverse la Galaxy Tabs et son écran 7 pouces ne donnaient pas un confort de lecture suffisant. Pour l'iPad, il manquait la fonction appareil photo et téléphone. D'autre part, quelque soit la tablette, il y avait trop peu d'applications optimisées pour les tablettes tactiles. Enfin, la puissance même des composants des tablettes était loin de pouvoir rivaliser avec celles des ordinateurs portables.

Finalement, ces modèles ont été ressentis comme des smartphones géants avec lesquels on fait une croix sur la téléphonie pour se concentrer sur le surf Internet et les fonctions multimédia (vidéo, musique, lecture de documents).

Bientôt la fin des ordinateurs portables ?


La nouvelle génération de tablettes va essayer de changer cette image et de devenir la nouvelle plate-forme high-tech en vogue, quitte à terme à remplacer les ordinateurs portables. Tout d'abord, ils vont délivrer aux développeurs d'applications nettement plus de puissance de calcul. Dès cette année, de nombreux modèles seront équipés de puces à double coeur Tegra 2 ou Qualcomm Snapdragon. L'année prochaine, les deux constructeurs ont déjà annoncés qu'ils seraient en mesure de proposer des processeurs à 4 coeurs, et à des fréquences plus élevées (jusqu'à 2,5 Ghz chez Qualcomm). Chez nVidia, on se vante même de pouvoir dépasser en 2012 les performances de l'architecture Core d'Intel, utilisée sur les ordinateurs.

L'autre révolution sera celle de l'interface utilisateur. Finies les tablettes 100% tactiles, la plupart des modèles dévoilés en ce début d'année comportent soit un clavier vendu à part, soit une station rechargeable avec clavier, soit un clavier coulissant. On peut donc se servir de sa tablette en toute situation, même pour un usage bureautique où il faut pouvoir taper son texte rapidement. Reste à notre avis un problème, celui des traces de doigt laissées sur l'écran. Ces traces s'avèrent désagréables dès lors qu'on veut poser la tablette pour s'en servir chez soi comme écran.

Les systèmes d'exploitation mobiles vont revoir aussi l'expérience utilisateur. Google a d'ores et déjà mis au point une version d'Androïd (son système d'exploitation utilisé aujourd'hui sur téléphone mobile) spécifiquement optimisée pour les tablettes tactiles. HP avance aussi sur Web OS, tandis qu'Intel travaille sur le projet Meego et que RIM a dévoilé une version de RIM OS optimisée pour sa future tablette Playbook. Nul doute qu'Apple devrait suivre ces concurrents dans la lancée.

Les premières démonstrations en vidéo de ces nouvelles interfaces montrent des menus plus grands, des panneaux d'affichage par catégorie d'applications ou des barres de menu pour faciliter la navigation et améliorer le rendu visuel. Sans parler de révolution, ces interfaces prennent mieux en compte les spécificités du grand écran des tablettes.

Enfin, la juste taille de ces appareils pourrait être trouvée prochainement. LG va s'essayer en 2011 au format 8,9 pouces. Sa tablette Optimus Pad sera capable d'afficher une résolution de 1280 x 768 pixels, très proche de ce que proposent les tablettes au format 9,7 et 10,1 pouces (1280 x 800 pixels). La tablette tient dans une seule main, et devrait peser entre le poids d'une Galaxy Tabs (380 grammes) et le poids d'un iPad (680 grammes). Samsung serait aussi intéressé par ce nouveau format.

Les opérateurs mobiles vont promouvoir les tablettes pour vendre leurs forfaits 3G

Les smartphones se vendent comme des petits pains, mais on est loin encore d'avoir un forfait 3G par habitant en France. Les opérateurs mobiles parient donc aussi sur les tablettes tactiles pour convaincre les consommateurs de l'intérêt de la 3G. Ils ont commencé en fin d'année dernière à vendre des tablettes à petit prix, à condition de s'abonner sur 12 ou 24 mois à des forfaits 3G. Chez Orange, l'iPad peut ainsi s'acheter à partir de 179 euros avec forfait, tandis que la Galaxy Tab se négocie à 99 euros avec forfait.

Mais à terme, il faudrait pouvoir partager son forfait 3G entre son smartphone et sa tablette. Idéalement même, on pourrait espérer réunir le forfait 3G avec son forfait Internet triple play et son abonnement mobile. Sans cela, le coût de la facture mensuelle en communications risque de freiner plus d'un consommateur.

Par ailleurs, il va falloir lever les barrières des forfaits 3G. Aujourd'hui, on est limité en termes de débit dès lors qu'on consomme plus de 512 Mo ou 1 Go de données 3G par mois. Or, la tablette se prête davantage au surf Internet que sur un smartphone. Du coup, la consommation de données par utilisateur risque d'exploser, et la grogne va monter chez les possesseurs de tablettes si les forfaits ne leur permettent pas de profiter à 100% de leur appareil.

Des barrières à lever et des applications à trouver

Le livre numérique n'a pas encore fait beaucoup d'adeptes, mais il y a sans doute mieux à trouver pour transformer la tablette tactile en objet incontournable. Les développeurs d'applications se sont pour l'instant concentrés sur l'univers des téléphones, en portant leurs applications sur les tablettes sans réellement les adapter. Avec un système d'exploitation optimisé, une plus grande puissance de calcul grâce aux futurs processeurs, et des ventes prometteuses en 2010, cette situation pourrait rapidement changer. Surtout que tous les constructeurs ont dévoilé leur tablette tactile pour 2011, confirmant l'engouement du marché pour ce nouvel équipement.

Face à l'ordinateur portable, la tablette tactile a pourtant encore deux gros inconvénients : pas de lecteur optique, une connectique très faible et des composants qui sont figés. Ces limites pèseront-elles plus lourd que la mobilité totale des tablettes et leur utilisation plus intuitive ?

NDLR : nous avons réalisé un article de synthèse présentant tous les modèles de tablettes tactiles annoncés en 2011.