Menu
Donnez votre avis

Les crédits virtuels de Facebook, future monnaie du web ?

CommentCaMarche - jeudi 27 janvier 2011 - 11:28
Les crédits virtuels de Facebook, future monnaie du web  ?
A compter du 1er juillet 2011, les développeurs de jeux sociaux payants sur Facebook devront obligatoirement proposer le système de paiement virtuel maison du réseau social « Facebook Credit ». Facebook récupèrera au passage 30% du montant des transactions en ligne, une marge qu'il justifie par le succès et l'attractivité de ce moyen de paiement auprès des utilisateurs depuis son lancement l'an dernier. Mais les biens virtuels ne semblent être qu'une étape du succès annoncé de ce nouveau moyen de paiement, à l'heure où Facebook noue des partenariats avec de nombreux acteurs de la vente en ligne qui cherchent de nouveaux débouchés commerciaux sur le réseau social.

La montée en puissance des crédits virtuels
Les développeurs de jeu vidéo devront donc se mettre au pas des « crédits Facebook ». Au début de l'été, cette monnaie virtuelle, que les utilisateurs achètent pour automatiser le paiement de biens numériques sur Facebook (essentiellement des jeux), deviendra donc incontournable. L'exclusivité ne sera toutefois pas imposée aux développeurs, qui pourront toujours renvoyer vers d'autres plateformes de paiement en ligne pour procéder aux transactions. Mais la marche en avant de la monnaie virtuelle de Facebook semble inexorable.

Le réseau social annonce que ses crédits sont actuellement utilisés par 350 applications et 150 développeurs et captent aujourd'hui plus de 70% des transactions sur Facebook. C'est donc une nouvelle étape significative que les crédits Facebook viennent de franchir, après une fin d'année 2010 fructueuse : fin 2010, Facebook et Zynga (Farmville, Mafia Wars) avaient en effet conclu un partenariat faisant des crédits Facebook l'unique moyen de paiement direct pour l'accès aux jeux en ligne de l'éditeur qui sont hébergés sur Facebook.

Vers la généralisation des crédits Facebook aux biens matériels ?
Alors que l'enseigne américaine Target propose aux plus jeunes -qui ne disposent pas de cartes de crédits- des coupons de recharge de crédits Facebook, le potentiel de développement de cette monnaie est prometteuse pour Facebook, et va bien au-delà de la sphère du jeu en ligne. Selon le Wall Street Journal, un porte-parole de Facebook aurait indiqué en début de semaine que l'ambition de Facebook était d'étendre l'utilisation de sa monnaie virtuelle à toutes les applications du réseau.

Et même au-delà, si l 'on tient compte des récentes tractations entre Facebook et plusieurs start-up, commerces de détail et grandes enseignes aux Etats-Unis, pour connecter leur Fan Page Facebook à leur site de ventes de produits/services en lignes, et la transformer en « vitrine » interactive. Une évolution censée augmenter les recettes publicitaires de Facebook dans un premier temps, mais qui devrait amener le réseau social à faciliter l'installation d'e-boutiques sur sa plateforme, configuration dans laquelle les crédits virtuels permettraient de payer des biens « réels » et non plus seulement des contenus numériques.

Ce rapprochement est en tous cas de plus en plus concret, comme en atteste l'initiative du site de vente d'articles de prêt-à-porter en ligne Asos, qui permet à ses clients de faire des achats sur l'ensemble de son catalogue depuis la plateforme Facebook et leur offre donc la possibilité de partager leur expérience avec leurs amis Facebook en temps réel. Pour l'heure, Asos garde bien sûr la main sur le moyen de paiement proposé.

Depuis quelques mois, Facebook joue en tous cas la carte de l'ouverture en matière de facilitation de paiement sur sa plateforme, ce qui marque ses ambitions en tant que nouvel acteur du e-commerce : fin 2010, le réseau social avait annoncé la signature d'un partenariat avec PayPal, à l'occasion de la conférence Paypal X Innovate 2010. Le géant des réseaux sociaux avait alors validé « PayPal for Digital Goods » comme autre moyen de paiement sur Facebook pour l'achat et à la vente de biens virtuels : celui-ci s'appliquant autant à l'univers du jeu, qu'aux autres contenus numériques susceptibles d'être proposés sur Facebook (journaux, blogueurs, sociétés de médias, etc.)
Ajouter un commentaire

Commentaires

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme