Donnez votre avis

Les pannes informatiques coûtent cher aux entreprises françaises

CommentCaMarche - mercredi 26 janvier 2011 - 10:46
Les pannes informatiques coûtent cher aux entreprises françaises
Selon une étude réalisée par Coleman Parkes pour l'éditeur de solutions de gestion des systèmes d'information réseau CA Technologies, les entreprises françaises seraient durement affectées par les pannes informatiques interrompant leur système d'information. Les périodes d'indisponibilité consécutives à ces incidents se traduiraient par une perte de productivité équivalent à 14 millions d'heures de travail. La France arrive donc en tête de ce classement européen peu enviable, loin devant l'Espagne, avec 8 millions d'heures. De manière générale, les PME s'en tireraient le mieux, devant les TPE et les grandes entreprises.

Pour réaliser cette étude sur les conséquences de l'indisponibilité des systèmes d'informations sur la productivité des salariés, CA Technologies a sondé des centaines d'entreprises de différents secteurs, issues de 11 pays européens dont la France. Parmi les données récoltées : le nombre d'heures d'indisponibilité suite à des pannes informatiques (incluant la remise en route du système et la restauration des données), le nombre de collaborateurs touchés, et le nombre moyen de pannes qui auraient pu être évitées au cours d'une année.


Selon les conclusions de ce rapport, la France arriverait en tête des pays dont la force de travail des entreprises est la plus affectée par ces périodes d'indisponibilité. Au total, 14 millions d'heures de travail seraient perdues, ce qui ramené à l'échelle de l'entreprise, équivaut à 1082 heures de travail parties en fumée en moyenne chaque année. Résultat : la France devance d'une courte tête l'Espagne (905 heures), mais beaucoup plus nettement les Pays-Bas (584 heures) la Finlande (535 heures) et les 7 autres pays concernés par cette étude.

Le secteur public durement impacté
D'un point de vue global, l'impact des pannes informatiques sur la productivité horaire serait plus important pour les grandes organisations et les TPE que pour les PME. Une différence qui s'expliquerait par une « capacité de travail plus grande des collaborateurs dans les PME » lorsque le système informatique est hors service ou en cours de restauration. En Europe, les secteurs les plus touchés seraient dans l'ordre : les organisation du secteur public avec près de 1000 heures perdues en moyenne : soit près de deux fois plus que les secteurs de l'industrie, de la finance et de la vente au détail

CA Technologies recommande aux entreprises de mener plusieurs actions pour prévenir les pannes et minimiser leur impact sur la productivité des collaborateurs : en commençant par identifier les données et applications critiques pour l'activité de l'entreprise et définir prioritairement pour elles des procédures de remise en route et de restauration des données. Selon les conclusions de l'étude, les entreprises ont en effet tendance à « mener une approche globale » concernant leur plan de reprise d'activité, qui met sur le même plan applications critiques et non critiques, ce qui ralentit la remise en route de leur système d'information.

Parmi les autres recommandations aux entreprises : investir dans des solutions d'infrastructure avec des hauts niveaux de disponibilité pour les applications critiques (grappe de serveurs, réplication de serveur)

Pour approfondir
L'étude « Avoidable Cost of Downtime » de CA Technologies (en anglais)
Ajouter un commentaire

Commentaire

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme