Menu
Donnez votre avis

Les marques postant des avis positifs trompeurs bientôt sanctionnées ?

CommentCaMarche - mardi 25 janvier 2011 - 12:27
Les marques postant des avis positifs trompeurs bientôt sanctionnées ?
Les marques et e-commerçant devront-ils bientôt y réfléchir à deux fois avant de « téléguider » les avis positifs vantant leurs produits ou services sur internet ? En tous cas, les « fake reviews » sont dans la collimateur de Frédéric Lefebvre, le secrétaire d'Etat chargé du Commerce, de l'Artisanat, des Petites et moyennes entreprises, du Tourisme, des Services, des Professions libérales
et de la Consommation. Dans le cadre du « plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en ligne respectueuse du consommateur et des professionnels », une enquête vient d'être confiée à la DGCCRF sur la problématique de la lutte contre les faux avis de consommateurs. Au premier trimestre 2011, celle-ci sera notamment chargée de traquer les plateformes de publication d'avis, les comparateurs de prix, ou encore les blogs influents entretenant des relations complaisantes avec leurs annonceurs.


Exit les avis « bidons » sur les produits et services des marques sur internet ? En tous cas, les marketeurs zélés et leurs « complices » éventuels telles que certaines plateformes de partages d'avis, devront faire profil bas dans les prochains mois. Les avis trompeurs figurent en première partie du plan d'action présenté par Frédéric Lefèbvre vendredi dernier. Un sujet qui fait écho à une étude publiée récemment le Credoc, selon laquelle 2/3 des consommateurs font confiance aux avis postés par leurs pairs sur les plateformes communautaires. Le problème pointé par le Secrétariat d'Etat ? L'atteinte possible à la concurrence entre marques, sur la base de la publication d'informations trompeuses, à plus ou moins grande échelle.

L'enquête confiée à la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes tentera de faire la lumière sur l'ampleur de ces pratiques louches, et d'en identifier les principaux acteurs, tels que « les prestataires de services et de marketing susceptibles de proposer un service de publication massive de faux avis ».

Les sites d'avis à la loupe
La deuxième mission confiée à la DGCCRF consiste à « vérifier auprès des gestionnaires de sites (voyagistes et des comparateurs de prix), les méthodologies de contrôle de l'impartialité des avis et d'identification des faux avis (origine, intention et finalité) ». Enfin, le troisième volet visera plus particulièrement les blogs ayant une audience nationale et examinera plus particulièrement « les relations contractuelles avec leurs annonceurs ainsi que les incidences sur les conseils d'achat donnés (publicité déguisée). Les réseaux sociaux seront également dans la ligne de mire, avec les concernant, l'organisation « d'une veille ciblée » .

Pour remédier au fléau des avis bidons, le Secrétariat d'Etat entend établir, de manière concertée avec les gestionnaires de sites internet, « une charte de bonnes pratiques et d'engagements sur la lutte contre les éventuels faux avis et l'indépendance des sites qui diffusent des avis par rapport à leurs annonceurs publicitaires ». Sans garantie évidement, que celle-ci soit réellement respectée une fois formalisée.

La DGCCRF se heurtera notamment à un obstacle majeure : un grand nombre de plateformes de partage d'avis se situent à l'étranger, et ne peuvent donc faire l'objet de sanctions. Mais le Secrétariat d'état prévoit « de dénoncer les activités trompeuses des sites étrangers auprès de nos homologues dans le cadre de la coopération internationale ». Là encore, sans garantie d'efficacité.

Tripadvisor stigmatise ses utilisateurs indélicats
Dans la pratique, de nombreux sites d'échanges d'avis et de recommandation de services/produits filtrent déjà les avis « pushés » de manière suspecte. C'est notamment le cas de TripAdvisor, la plateforme d'informations et d'échanges d'avis sur les hôtels et séjours touristiques. Après avoir vu fleurir les avis bidons sur son site, TripAdvisor applique depuis quelques mois une politique d'avertissements aux établissements postant volontairement des avis positifs sur leurs hôtels, comme ce fut le cas récemment pour un hôtel irlandais. Et ce en vertu de la Directive sur les pratiques commerciales déloyales en vigueur dans l'Union Européenne.

... Mais la route est encore longue avant de voir le web nettoyé de ces avis complaisants.
Ajouter un commentaire

Commentaires

roush66
Messages postés
283
Date d'inscription
vendredi 12 décembre 2008
Statut
Membre
Dernière intervention
3 août 2015
29 -
va falloir qu'ils surveillent aussi les site comme teleshopping, c'est infester d'avis bidons
allogarage
Messages postés
17
Date d'inscription
mardi 2 novembre 2010
Statut
Membre
Dernière intervention
18 décembre 2013
-
Enfin l'Etat s'inquiète de ce problème connu depuis des années!
Entre les pagesjaunes, les tripadvisor, cityvox et autres, il y abeaucoup de faux avis...
Commenter la réponse de roush66