Cloud computing : panorama complet des offres

Cloud computing : panorama complet des offres
Ces derniers mois, les fournisseurs de solutions cloud ont multiplié les offres en direction des entreprises, et ce dans de nombreux domaines d'application, allant de l'impression aux offres IaaS et PaaS en passant par les solutions de sécurité. Voici un panorama complet des dernières offres disponibles pour les entreprises, avec un focus sur les modèles de cloud les plus attractifs. Retrouvez également l'éclairage d'Adélaïde Moulière-Sabin, chef de Produit Private Cloud Computing chez OVH, qui détaille les nouvelles offres proposées par l'hébergeur, et donne plusieurs conseils aux entreprises tentées par le cloud.


Les dernières offres cloud disponibles pour les entreprises

Les offres SaaS et IaaS

  • Orange a récemment lancé un bouquet d'offre IaaS et SaaS pour les entreprises. Outre l'ajout d'une solution de sécurisation des accès aux applications virtualisées, l'opérateur historique a enrichi sa gamme Flexible Computing Services d'un service Premium qui permet aux grandes entreprises de bâtir une infrastructure adaptée, sur la base d'un catalogue de services. Cette offre intègre les applications clients (CRM, bureautiques et outils collaboratifs). Elle propose également une solution de sauvegarde en SaaS, autre grand domaine d'application du cloud computing.
  • Amazon Web Services vient de mettre gratuitement à disposition des entreprises une gamme des services IaaS valables pendant un an. Cette offre leur permet d'utiliser certains services d'Amazon Web Services pour créer des services en cloud computing, en louant de nouveaux serveurs.

Solutions de sauvegarde « Backup » as a service

  • On peut notamment citer l'une des dernières offres cloud de Google qui enrichit les fonctionnalités de la version Apps Entreprise. « Google Message Continuity » permet de sauvegarder les messages stockés par Microsoft Exchange sur une messagerie Gmail. Celle-ci permet d'assurer la continuité du service en cas de panne ou de maintenance du serveur Exchange pour les utilisateurs de la plateforme de communication de Microsoft.
  • Autre illustration d'offre de sauvegarde en cloud pour les entreprises : Symantec a récemment lancé deux solutions professionnelles baptisées NetBackup 5000 et NetBackup Cloud Storage. Ces solutions adaptées aux environnements physiques ou virtuels sont censées permettre aux entreprises d'économiser l'espace nécessaire au stockage de leurs données et optimiser les services de sauvegarde de celles-ci.

La sécurité dans le cloud


La sécurité informatique est un autre domaine d'application des solutions cloud proposées par les éditeurs et fournisseurs de solutions logicielles.
  • C'est le cas notamment d'Avira, qui a récemment lancé un offre de service en cloud pour les PME destinée à protéger les réseaux d'entreprises contre les virus, spams et autres menaces véhiculées par e-mail.
  • Le fournisseur de logiciels de sécurité Trend Micro a quant à lui lancé une nouvelle gamme de solutions antivirus "Titanium" pour Windows, basée sur une technologie en cloud. Et "Deep Security 7.5", un logiciel de sécurité informatique pour les postes de travail virtuel. Il intègre des API VMware vShield Endpoint pour la protection antivirus sur les machines virtuelles, et assure la protection des applications web, la prévention contre les intrusions ainsi que la surveillance de l'intégrité des logs.

La productivité dans le cloud

  • On peut notamment citer l'offre Office 365 de Microsoft lancée récemment, et la sortie de la nouvelle version de Microsoft Dynamics NAV 2009 R2, qui peut être intégré avec Microsoft Dynamics CRM ou Microsoft Dynamics CRM Online.
  • Côté interopérabilité MS Office/Google Apps, à noter le lancement de la version bêta de « Google Cloud Connect » : un module de synchronisation qui relie la suite bureautique de Microsoft aux Google Apps. C'est une passerelle qui permet de partager ses fichiers plus rapidement vers le nuage d'applications de Google, depuis l'interface Office.
  • Les CRM et solutions multicanales sont également à l'honneur, avec une majorité d'offres déclinées en mode SaaS ces derniers mois.

Les services d'impression en cloud

  • Plusieurs services d'impression en cloud ont été inaugurés l'an dernier et offrent notamment la possibilité de piloter des impressions depuis des terminaux mobiles. HP a été le plus innovant en la matière, en lançant la solution d'impression mobile HP ePrint Enterprise qui permet de gérer et lancer des impressions depuis BlackBerry, sur les réseaux privés d'entreprises ou dans des centres d'impression agréés par HP.
  • Dernièrement HP et Apple ont annoncé la combinaison de leurs technologies respectives - AirPrint et ePrint - pour permettre aux professionnels mobiles d'imprimer directement à partir d'un appareil tactile ( iPhone®, iPad® et iPod®)
  • On peut également citer le lancement récent de la version bêta de Google Cloud Print, qui se base sur un proxy intégré nativement à Chrome pour donner les ordres d'impression dans le cloud (pour les Google Apps notamment).
  • Autre exemple intéressant, le lancement d'un service d'impression cloud intégré au périphérique partage multimédia Pogoplug, permettant d'imprimer depuis tous les terminaux mobiles, et compatible avec toutes les imprimantes HP et Epson récentes.

Linux sur un nuage


Linux continue sa progression dans le monde de l'entreprise et son envol dans le nuage. Selon une enquête récente menée par par la Fondation Linux sur l'adoption du logiciel libre dans les entreprises, plus des trois-quarts d'entre elles prévoient de développer leur parc de serveurs Linux dans les cinq prochaines années. Des prévisions qui reflètent la montée en puissance des projets de cloud computing et des services applicatifs en entreprise.

La version 10.10 du système d'exploitation libre Ubuntu, commanditée par la société sud-africaine Canonical pour une implantation dans l'entreprise, met elle aussi sur le cloud. Les versions Desktop et l'édition Server enrichissent notamment les fonctionnalités disponibles en ligne, les éléments d'ergonomie, les options de paramétrage et l'interopérabilité.

2011 : l'année du cloud privé ?


Trois études publiées récemment par les cabinets d'études Gartner, Forrester et IDC prévoient une adoption accélérée du Cloud computing par les entreprises cette année, avec une préférence pour le modèle privé (voir le distinguo en fin d'article). Des résultats à prendre avec précaution cependant, de nombreuses études récentes ayant montré un décalage entre l'intention des DSI et les investissements réels.
  • Une demande homogène, une priorité pour 2011. Selon Forrester Reseach, qui a interrogé 2000 entreprises nord-américaines et européennes fin 2010, le cloud privé constitue une priorité pour 24% des DSI. Soit une hausse sensible par rapport aux résultats obtenus fin 2009. A l'échelle européenne, le déploiement du Cloud privé serait une priorité pour 46% des entreprises. La France se situe en dessous de la moyenne sur le vieux continent, plafonnant à 27%. Plus intéressant, l'intérêt pour le Cloud privé proviendrait majoritairement des entreprises de plus de 1000 salariés (54% d'entre elles en France).
  • Des investissements croissants jusqu'à 2012. L'étude de Forrester corrobore celle publiée par Gartner quelques mois auparavant, celle-ci prévoyait l'augmentation des dépenses orientées vers les projets de Cloud privé. Même si son baromètre « HypeCycle » des technologies émergentes indiquait une intensification des investissements située à l'horizon 2012-2013. En parallèle, une étude réalisée par le cabinet américain MarketsandMarkets indique l'augmentation des dépenses dans les services de types IaaS et PaaS d'ici à 2015.
  • Le Cloud privé, moteur de croissance pour le Centre for Economics and Business Research. Si l'on en croit une étude du Centre for Economics and Business Research réalisée fin 2010 pour le compte du EMC, l'adoption du cloud computing serait un levier de compétitivité considérable pour les entreprises. Le CEBR prévoit une forte augmentation des économies générées par l'adoption des différents modèles dans les 5 prochaines années, liées plus particulièrement à l'adoption du Cloud privé et mixte, bénéfiques au développement des activités commerciales et à la création d'entreprise,. Ainsi, le CEBR estime ainsi que d'ici à 2015, 75% des bénéfices annuels dégagés seront imputables aux modèles privés et hybrides. « Le cloud privé offre le meilleur compromis : les entreprises profitent d'un modèle qui conjugue disponibilité, service à la demande, et extensibilité. Mais le contrôle reste entre les mains du département IT de sorte que la sécurité et les règles de gouvernance ne sont pas compromises », indique-t-il.

Adélaïde Moulière-Sabin, OVH : « permettre à n'importe quelle entreprise de créer son infrastructure externalisée »


Adélaïde Moulière-Sabin est chef de Produit Private Cloud Computing chez OVH. Elle détaille les dernières offres proposées par l'hébergeur en direction des entreprises, qui leur permettent de construire leur propre infrastructure externalisée. Elle fournit également quelques conseils pratiques aux entreprises tentées par la migration de leurs services vers le Cloud.

CCM - OVH vient de lancer une offre de Cloud privé en bêta-test. Quels sont les services proposés et les modalités de déploiement de cette offre pour les entreprises ?

Adélaïde Moulière-Sabin - Cette offre permet à n'importe quelle entreprise de créer sa propre infrastructure externalisée Cloud en toute simplicité et en quelques minutes. Les clients ne perdent donc plus de temps à manager physiquement leur infrastructure, à assurer le déploiement de nouvelles machines, à gérer la montée en charge des serveurs.

Une fois qu'ils ont développé cette infrastructure, les clients ont la possibilité de la mettre en production en quelques secondes. Puis s'ils ont besoin de s'agrandir, le Private Cloud leur permet de bénéficier des ressources nécessaires dans la minute. Et tout ceci s'inscrit dans des critères privés.

Le client se construit son propre Private cloud, compliant VMWare, totalement sur mesure en disposant à portée de clics de toutes les ressources nécessaires. Tout se gère depuis une interface unique: VSphere.

Le client dispose d'un panel de ressources pour construire son infrastructure : 4 types de hosts (allant de 8Ghz en CPU à 100 Ghz) ; 4 types de filers de stockage NAS HA (de 300 Go à 3.6 To), d'une Bande Passante Garantie (jusqu'à 40 Gbps SLA 100%) et des 4 types de licences VMWare (basic, standard, advanced et enterprise), le tout disponible presque instantanément.

CCM - A quelles entreprises les offres Cloud d'OVH (public/privé) sont-elles adaptées

AMS - Typiquement, le Private Cloud s'adresse aux entreprises orientées IT, aux PME et aux DSI des grands comptes : flexibilité, infrastructure managée entièrement par OVH, augmentation de la productivité, optimisation des couts d'infrastructure.

Le minicloud, quant à lui, s'adresse à un public large souhaitant disposer d'une machine virtuelle adaptable, pour une durée limitée ou non.

D'autres offres orientées Cloud vont être lancées dans les semaines à venir, elles concerneront les TPE/PME, les développeurs, les administrateurs.

Les dénominateurs communs seront toujours la flexibilité et une infrastructure gérée par OVH.

CCM - Quelles sont les questions de base que doit se poser une TPE/PME qui souhaite passer au cloud selon vous, y compris aux offres d'OVH ?

AMS - Une TPE/PME pourra s'interroger sur son type d'activité : est-elle saisonnière ? constante ? Également si elle a besoin de bénéficier de ressources supplémentaires rapidement ou si elle peut prévoir et attendre.

Comment fonctionne-t-l'entreprise ? en mode projets avec des phases de développement parfois incertaines puis des phases de mise en production qui doivent être rapides et simples à déployer.

Quels choix de facturation préfère t-elle adopter ? à l'heure, au mois, à l'année ? sachant que chacun de ces choix offrent des avantages : l'heure permet une plus grande flexibilité mais la tarification est souvent plus élevée. Le paiement à l'année permet de connaître son budget prévisionnel, de souvent bénéficier de remises mais implique un engagement.

Un point intéressant : à travers l'offre Private Cloud, OVH a voulu permettre à ses clients de choisir pour chacune de ses ressources le type de facturation le plus adapté à ses besoins. Ainsi il prendra certaines ressources à l'heure pour gérer des pics d'activité et d'autres ressources à l'année pour répondre à ses besoins connus.

Cloud public, privé, et hybride/mixte : rappel


Plusieurs types d'offres et solutions cloud sont disponibles pour les entreprises. Elles correspondent à des modalités de déploiement et d'accès différents, dont le contrôle est plus ou moins assuré par les DSI. L'adoption de ces différents modèles par les entreprises dépend de nombreux facteurs (taille de l'entreprise, type d'activités, système d'informations propre à l'entreprise.

Le Cloud « public »


Ces services sont ouverts à tout utilisateur qui disposent d'une connexion internet. C'est une appellation trompeuse, car ces solutions sont opérées par des prestataires privés qui gèrent le traitement informatique des données sur leur propre serveur. Les informations sont donc déportées sur serveur distant eu lieu d'être traitées sur le serveur de l'entreprise.

Les services cloud les plus courants : les webmails (Yahoo, Gmail, Hotmail) qui intègrent dans une même interface différentes applications bureautiques, des solutions de communication ou de productivité (bloc-notes, espace de stockage, tableur, traitement de texte, messagerie instantanée, etc.).

Les services cloud payants : les services « à la demande » (SaaS) en ligne qui constituent aujourd'hui une majeure partie de l'offre pour les pros (ex : Office 365 de Microsoft, Google Apps, etc.) Selon, l'étude réalisée par MarketsandMarkets citée plus haut, les services hébergés représentent 73% des revenus générés en 2010.

Le Cloud privé


Cette architecture est privilégiée aujourd'hui par les entreprises (voir plus haut), car elle leur permet de garder le contrôle sur une partie de leurs données et de leur infrastructure informatique, si elles décident d'en déléguer une partie à un prestataire tiers.

Le cloud privé est subdivisé en deux modèles d'offre :

- L'offre Infrastructure as a service (Iaas) : elle permet à l'entreprise de maintenir une grande partie des opérations, les possibilités de paramétrage, données, applications et processus (exemple : l'offre « Infrastructure SI à la Demande » de SFR lancée en juin 2011).

- L'offre Platform as a service (Paas) : l'entreprise maintient le contrôle des applications, le prestataire cloud prend en charge la majorité des opérations et traitements, dans un centre de données (ex : la plateforme Azure de Microsoft)

Le Cloud hybride/mixte


Plus rare, c'est un modèle qui associe le cloud privé et public (ex : organisation séparant les applications utilisées par l'entreprise des données).
A voir également