La revente de cadeau : un nouveau filon pour les e-commerçants ?

La revente de cadeau : un nouveau filon pour les e-commerçants ?
L'année dernière, les internautes français ont dépensé 5 milliards d'euros en ligne pour la période des fêtes de Noël. La tendance devrait se confirmer cette année, puisque tout porte à croire que la barre des 5 milliards d'euros devrait être franchie cette année. Les français ont bel et bien pris le réflexe de l'achat de cadeaux de Noël en ligne. A tel point qu'ils n'hésitent pas à les revendre s'ils ne les trouvent pas à leur convenance ou qu'ils manquent de liquidités en fin d'année. C'est en tout cas ce qu'indique le baromètre PriceMinister sur la revente de cadeau, publié vendredi dernier.

La tendance n'est pas nouvelle, mais conquiert de plus en plus d'internautes. Au lendemain de Noël, plus d'un internaute sur cinq ne trouverait pas choquant de revendre le cadeau qui trônait fièrement au pied du sapin. Pis, la quasi-totalité des internautes qui ont revendu leurs cadeaux de Noël l'année passée sur PriceMinister serait prêt à réitérer l'expérience cette année. Forcément, au lendemain de Noël, voir arriver de nombreux biens quasi-neufs et peu utilisé à des prix défiants toute concurrence ne pourrait bien de ne pas ravir les e-commerçants ! Pourtant, on pourrait bien assister à l'éclosion d'un marché de niche : la vente de produits d'occasions... neufs. Le succès de sites de vente entre particuliers comme eBay, PriceMinister ou Leboncoin.fr n'est plus à démontrer. Pourtant, encore peu d'e-commerçants se sont lancés dans la vente de produits dans l'achat-vente de produits d'occasions, alors même que des plateformes en place comme PriceMinister ou eBay font les yeux doux aux e-commerçants pour qu'ils installent leurs boutiques sur leurs plateformes.
La revente de cadeaux de Noël n'en serait qu'à ses balbutiements. Cette année, en complément de son baromètre, PriceMinister a demandé à un anthropologue de passer à la loupe le phénomène de revente des cadeaux de Noël.

Cadeaux chauds, cadeaux froids
Dominique Desjeux, anthropologue à l'université de Paris Descartes, qui s'est penché sur ce phénomène, dégage trois grandes « fonctions » qui expliquent la revente de cadeaux au lendemain de Noël
La première c'est le refroidissement du cadeau. L'anthropologue explique que plus les cadeaux sont offerts par des personnes proches, plus ils sont chauds émotionnellement et sont donc difficile à revendre. Mais, à l'inverse, plus ils sont offerts par des personnes éloignées affectivement plus il est envisageable de les revendre. Le fait que le cadeau soit chaud peut aussi varier en fonction de nombreux facteurs comme le fait d'être un objet lié ou non au corps.

Mais l'anthropologue propose une deuxième piste d'explication. Il estime que la revente de cadeaux participe d'un « un système sociétal et ludique », où les occasions de remises en circulation d'objets sont multiples.
La remise en circulation peut se combiner à un effet de crise économique. Les pratiquants de la remise en vente se recrutent surtout dans les classes moyennes qui sont surreprésentées dans l'échantillon, 18% de cadres et professions libérales contre 8,8% dans la moyenne française, et 28,9% d'employés contre 16,4% en moyenne, et 12,1% de sans emploi contre 10%. Ces classes sont les plus touchées par la crise, elles ont besoin de gagner de l'argent pour payer les dépenses contraintes comme l'électricité, le logement, la mobilité ou les loisirs électroniques. Une partie des reventes s'explique aussi par la crise et par cette nécessité.

« Revendre ses cadeaux « froids » ou acheter d'occasion après Noël sont de belles opportunités pour faire de bonnes affaires sur PriceMinister » déclare Pierre Kosciusko-Morizet, Président de PriceMinister, « Le pourcentage élevé de cadeaux qui ne plaisent pas explique pourquoi on trouve après Noël beaucoup d'articles d'occasion à l'état neuf sur notre site ».

En savoir plus
Visiter le site de PriceMinsiter