"Taxe Google" : vers un report de 6 mois ?

Votée lundi en Commission Mixte paritaire, la « taxe Google » devait initialement être applicable au 1er janvier. Mais François Baroin souhaiterait laisser passer un peu d'eau sous les ponts et ne la rendre applicable qu'au 1er juillet 2011. Il n'a pas exclu de déposer un amendement visant à lui laisser « le temps de mener la négociation avec les différents opérateurs concernés », a-t-il indiqué.

Pas abandonnée, donc, la « taxe Google » mais reportée le temps de mieux se concerter avec les acteurs de la publicité en ligne. C'est ce qu'a affirmé François Baroin au sortir du Conseil des Ministres, ce matin. « Je n'exclus pas de déposer un amendement qui décalerait (...) l'application de cette taxe (...) au 1er juillet, ce qui laisserait le temps aussi de mener la négociation avec les différents opérateurs concernés », a-t-il indiqué.

Lundi, 67 chefs d'entreprise de l'Internet Français s'étaient fendus d'un appel dénonçant la « Taxe Google » dans le journal La Tribune. « Une telle taxation nuirait en priorité à ceux que l'on imaginerait plutôt devoir aider et défendre : les entreprises françaises par rapport à leurs consoeurs étrangères et les plus faibles par rapport aux plus puissantes (...) On vise les géants américains et ce sont les petits Français qu'on fauche », ont-ils estimé dans leur appel à abandonner ce projet de taxe.

Proposée par le Sénateur Philippe Marini inspirée par le rapport Zelnik, la « taxe Google » vise à taxer à hauteur de 1% les achats d'espaces publicitaires en ligne. Cette taxe rapporterait environ 20 millions d'euros par an à l'Etat.