Google tente un putsch sur le shopping géolocalisé

Google tente un putsch sur le shopping géolocalisé
C'est la grande offensive des géants du web sur le marché de la recherche de produits et services géolocalisés sur internet ! La tentative de rachat (encore en cours) par Google du site de rabais en ligne américain Groupon établit un nouveau record pour la firme : plus de 5 milliards de dollars déposés sur la table de négociations, l'enchère la plus haute proposée par Google depuis sa création. Le moteur de recherche n'est pas le seul à s'intéresser à ce nouveau marché. eBay, qui vient de racheter le moteur de "local shopping" Milo affiche également ses prétentions, de même qu'Amazon, qui préparerait une offre de rachat de plusieurs milliards de dollards de LivingSocial, le principal concurrent de Groupon. Quelles répercussions à court terme pour les petits commerces ? En premier lieu, la nécessité d'occuper le terrain du « local shopping » sur internet, pour générer du trafic vers leurs points de ventes... Et accompagner un mouvement qui risque de redéfinir les règles du commerce en ligne.

Google en mode "prédateur"
Entre 5 et 6 milliards de dollars : c'est ce que pèse le site américain de rabais en ligne Groupon, qui a bâti son succès sur l'offre géolocalisée de produits et services à prix "discount". Avec un modèle économique fondé sur la vente d'espaces publicitaires aux petits commerces présents sur son réseau.... Si l'acquisition de Groupon par Google n'est pas encore jouée, elle envoie un signal fort à la concurrence sur cette niche : comme Yelp, le réseau social mobile Foursquare, et Facebook (avec Fan-Appz et Places).

Des recettes publicitaires juteuses en perspective
Pourquoi Google s'intéresse tant à Groupon ? Avant tout pour son réseau d'affiliés. Lancé il y a à peine deux ans, le site a connu une croissance fulgurante en nouant des partenariats avec des milliers de petits commerces (ex : bars, restaurants, etc.) aux Etats-Unis. Autant d'annonceurs qui intéressent évidemment Google, qui pourrait récupérer une bonne partie du pactole généré par la publicité géolocalisée. D'autant que Groupon est lui-même un glouton : il vient d'annoncer son implantation en Asie, après avoir racheté trois sites de rabais : uBuyiBuy, Beeconomic et Atlaspost. Des acquisitions qui ouvrent sur les marchés de Taiwan, Singapour, Hong Kong et des Philippines.

Une enjeu considérable pour la visibilité des petits commerces sur internet ?
Le rachat éventuel de Groupon par Google pourrait avoir un impact majeur sur visibilité des petits commerces référencés sur le moteur de recherche. La firme devrait en effet "pusher" -dans ses résultats de recherche- les commerces affiliés au site de rabais en ligne. Le cercle vertueux que veut créer Google n'est pas à l'abri de l'échec (le géant a déjà "planté" des startups absorbés sans ménagement). Mais la forte croissance du site, associé à un partenariat « gagnant-gagnant », pourrait renforcer la position dominante de Google sur la niche du "discount local shopping".

Une nouveau débouché en perspective pour les petits commerces qui souhaitent attirer les internautes dans leurs points de ventes physiques.

Ebay et Amazon en embuscade
Et si le "deal" entre Groupon et Google ne se fait pas, le mouvement vers la promotion du local shopping est déjà largement enclenché. Comme en atteste le rachat récent par eBay de Milo, un moteur de recherche géolocalisée de produits et services. Et comme en témoigne également l'intérêt que porte la plateforme de commerce électronique Amazon à LivingSocial, le principal concurent de Groupon aux Etats-Unis. On parlerait d'une mise de plusieurs milliards de dollars pour le rachat de ce site.

La chasse est ouverte !

Crédit photo | Dreamstime - CHECK MATE by Mcklog