Les navigateurs sociaux : l'avenir du surf productif ?

Les navigateurs sociaux : l'avenir du surf productif ?
L'arrivée en grande pompe du navigateur RockMelt serait-il en train d'annoncer une nouvelle tendance ? A l'heure où le quart des français déclarent être inscrit sur plusieurs réseaux sociaux, les navigateurs « sociaux » pourraient bien signer le déclin des navigateurs dont le seul but n'était que de décrypter des pages web. La nouvelle couche sociale, présente dans Rockmelt serait-il l'avenir du surf productif, en permettant d'assurer une veille sur les réseaux sociaux, tout en consultant des pages internet ?

RockMelt vous fait une promesse, celle de ré-imaginer le navigateur web et de le structurer autour des réseaux sociaux. Ce nouveau navigateur, sorti lundi, intègre une couche sociale qui permet à l'utilisateur d'assurer une veille sur les réseaux sociaux directement depuis la fenêtre du navigateur.

Pourtant, RockMelt n'est pas le premier navigateur social. En 2006, un ovni débarquait déjà dans le paysage des navigateurs web. Son nom ? Flock. Véritable précurseur, ce navigateur proposait déjà dans un premier temps de partager des photos et ou de suivre un flux de commentaires de blogs, puis intégra progressivement la possibilité d'inscrire ses comptes Twitter, Facebook, Gmail etc. Mais malgré des facettes séduisantes, Flock n'a jamais vraiment réussi à s'imposer dans le monde hyperconcurrentiel des navigateurs.

2010, l'année RockMelt ?
Développé sous Chromium, le code source qu'intègre notamment Google Chrome, RockMelt espère bien répondre à un besoin fort des utilisateurs à l'heure où Facebook déclare plus de 500 millions d'utilisateurs actifs dans le monde et où 77% de la population française déclare être inscrite sur au moins un réseau social. La réussite de RockMelt pourrait bien être une question de timing. Le marché de la veille sur les réseaux sociaux ayant explosé, les entreprises pourraient bien être les premières bénéficiaires de l'arrivée des navigateurs sociaux. Car l'explosion des réseaux sociaux a aussi générée deux nouvelles contraintes pour les entreprises : celle de devoir assurer une veille sur des médias « en temps réel » et de gérer la dispersion de l'information sur des espaces différents comme Facebook et Twitter mais aussi LinkedIn et Viadeo, par exemple.

En intégrant directement les flux issus des réseaux sociaux, les navigateurs sociaux pourraient bien offrir de sérieux gains de productivité aux entreprises. En offrant un espace dans le navigateur agrégeant tous les flux de l'entreprise sur de multiples plateformes, RockMelt dispense les utilisateurs d'avoir à ouvrir de multiples fenêtres pour actualiser leurs statuts ou assurer une veille sur leurs réseaux. Avantage non-négligeable, l'arrivée des flux directement dans les réseaux sociaux permet aussi un véritable gain de temps dans la détection de nouvelles informations sur les réseaux.
Reste que RockMelt doit faire face à la concurrence de navigateurs comme Firefox ou Chrome qui proposent déjà, et depuis longtemps, de multiples applications sociales dans leurs marketplaces. Des add-ons comme Hootsuite ou Seesmic, ajoutées aux navigateurs, permettent déjà de publier des statuts ou d'assurer une veille directement dans son navigateur.

Mais des pionniers du net comme Marc Andreessen, fondateur de Netscape, croient dur comme fer en l'avenir de ces navigateurs sociaux. Soutien actif du projet, ce dernier a annoncé une levée de fonds de 650 millions de dollars pour poursuivre le développement de RockMelt.

En savoir plus
Test : la prise en main du navigateur social RockMelt
Lancement de RockMelt, nouveau navigateur web centré sur les réseaux sociaux
Visiter le site de RockMelt

Crédit photo : RockMelt