Menu
Donnez votre avis

Photocopieur : l'espion qui venait de la pièce du fond

CommentCaMarche - mardi 26 octobre 2010 - 15:58
Photocopieur : l'espion qui venait de la pièce du fond
A l'heure de l'internet, des e-mails et des fichiers PDF, on imaginait le photocopieur relégué au rôle de second couteau. Pourtant, si son usage semble peu à peu tomber en désuétude, Canon en présentant son nouveau modèle Uniflow 5 il y a 15 jours, a créé une mini-polémique. Car cette photocopieuse peut vous refuser certaines photocopies, au prétexte que le texte photocopié contiendrait des termes blacklistés par l'entreprise. Alors, et si les photocopieurs se transformaient en espions ?

Le photocopieur serait-il l'ennemi dont on ne se méfie pas ? A l'heure de l'e-mail et de la dématérialisation, le photocopieur semble faire bien pâle figure. Pourtant, les nouvelles générations de photocopieurs cachent bien leur jeu et intègrent eux aussi de nouvelles fonctionnalités qui peuvent les transformer en véritables espions !
Dernière affaire en date, l'annonce faite par Canon de la sortie d'un nouveau photocopieur qui permet de bloquer la photocopie de documents sensibles. L'Uniflow 5 est en effet relié à serveur qui contient des mots-clés interdits. Si lors du scan du document la photocopieuse détecte un mot-clé interdit, elle est en mesure de bloquer l'impression du document et d'émettre une alerte pour indiquer que l'on a tenté de d'effectuer une telle copie. La détection des mots clés dans le document est possible grâce à l'emploi d'un système de reconnaissance optique de caractères (OCR). Bien sûr ce type de copieur espion peut se révéler très efficace pour protéger des documents sensibles pour l'entreprise. En bloquant l'impression, la copie ou l'envoi de fax, il permet de limiter la fuite d'informations au sein de l'entreprise. Car les photocopieuses peuvent se comporter comme de véritables mouchards, capables de stocker des informations... sans même que l'entreprise ne s'en aperçoive !

Des disques durs depuis 2002
Les possibilités d'espionnage via la photocopieuse de bureau ne sont pas nouvelles ! Depuis 2002, les photocopieurs sont équipés de disques durs. La fonctionnalité est très pratique lorsque l'on ne veut pas photocopier un rapport de 40 pages en imprimant une page à la fois. Les pages sont alors « scannées » puis stockées dans le disque dur avant d'être réimprimées en série par le photocopieur. Le problème c'est que les documents stockés sur le disque-dur peuvent être facilement récupéré. En avril dernier, par exemple, un reportage de la chaîne de télévision américaine CBS avait permis de mettre en avant les failles des photocopieuses. Dans ce documentaire, les journalistes de CBS avaient demandé à la société Digital Copier Security (spécialisée dans la sécurité des photocopieurs) de récupérer trois photocopieuses ayant été loué par la Police et une entreprise du bâtiment. En moins de 12h, les techniciens de Digital Copier Security ont réussi à extraire des plaintes et une liste de délinquants sexuels des photocopieurs ayant été utilisés par la Police. Du côté de l'entreprise, le bilan n'est guère plus glorieux. Les techniciens ont réussi à en extraire 95 pages de talons de chèques avec noms. L'équivalent de plus de 40 000€ en chèques photocopiés a aussi été retrouvé dans les entrailles de la photocopieuse. Une belle prise en somme pour d'éventuels fraudeurs qui auraient pu avoir accès assez simplement aux données photocopiées.

Alors, toujours has-been les photocopieuses ?

Crédit photo : © Marlene Ford | Dreamstime.com
Ajouter un commentaire

Commentaires

Commenter la réponse de Utilisateur anonyme