Microsoft : un pas de plus vers la productivité en mode SaaS

Microsoft : un pas de plus vers la productivité en mode SaaS
La semaine dernière, Microsoft a fait un pas de plus vers l'intégration de ses solutions de productivité dans le cloud. Avec l'annonce du lancement d'Office 365, un bouquet de services regroupant ses plateformes de communication (ex : Sharepoint, Exchange) et la version hébergée de ses logiciels bureautiques, la firme construit peu à peu l'informatique d'entreprise dans les nuages... Au grand dam de Google et de ses Apps qui se voient concurrencer par une offre aux conditions tarifaires attrayantes. Microsoft n'entend pas s'arrêter en si bon chemin, avec le lancement prochain, côté progiciel, de Dynamics 2011 et de sa version hébergée. Pour offrir une alternative aux entreprises adeptes de SAP ou Oracle ?

Office 365 : une semi-nouveauté
Pour rappel, l'offre Office 365 constitue davantage un « réassemblage » d'offres existantes qu'un bouquet de services réellement nouveaux. A une nuance près : pour la première fois, Microsoft met à disposition (à partir de janvier 2011) dans le cloud et en locatif (sur abonnement) les versions les plus récentes de sa suite de logiciels bureautiques (Office 2010) et de ses serveurs de communication et de travail collaboratif (Sharepoint 2010, Lync 2010 et Exchange 2010). La firme américaine regroupe donc plusieurs types d'offres jusque-là disponibles séparément ou en complémentarité, telles que Productivity Online Suite (BPOS), Live@Edu offering et Office Live Small Business service.

Une offre qui concurrence les Google Apps ?
Des offres cloud regroupées dans un « nuage de services », des conditions d'abonnement révisées : Microsoft marche clairement sur les plates-bandes de Google et de ses Apps, en ciblant autant les grandes entreprises que les petites structures. L'argument de la meilleure maîtrise des coûts par l'intégration de services multiples -répété plusieurs fois à l'occasion de la présentation d'Office 365- fait directement écho au slogan favori de Google pour promouvoir sa suite d'applications collaboratives en ligne.

Bataille autour du rapport qualité-prix ?
Côté tarifs, le modèle locatif d'Office 365 est plus cher, mais aussi plus fonctionnel que celui des Apps :

L'accès complet à la suite logicielle d'Office 365 est disponible à partir de 5,25 euros par mois et par utilisateur pour les petites entreprises. L'offre est adaptée aux besoins des PME et grandes entreprises : pour 22,75 euros par utilisateur et par mois, celles-ci pourront souscrire à Office Professional Plus, qui inclut notamment un extranet, un service de visioconférence, un réseau social privé, et une messagerie vocale.

Par comparaison, les Google Apps, disponibles à partir de 40 € par an et part utilisateur, reviennent donc moins cher, sur une base annuelle, qu'Office 365 (un peu plus de 60 euros/an/employé pour un pack PME).

Pour trancher, le comparatif des performances entre les Office Web Apps et les Google Apps, ainsi que l'interopérabilité avec les versions desktop des logiciels MS Office (logiquement à la faveur des « OWA ») seront deux critères au coeur du choix des entreprises.

Dans la course aux applications d'entreprises
En parallèle de l'annonce du lancement d'Office 365, Microsoft a par ailleurs fait part de plusieurs nouveautés concernant Microsoft Dynamics 2011 (disponible au premier trimestre de l'année prochaine), dont l'utilisation sera simplifiée et qui se voit doter de nouvelles fonctionnalités. La version hébergée de Dyamics (Dynamics CRM Online) sera entièrement connectable avec la suite BPOS qui comprend Exchange Online, SharePoint Online,Office Live Meeting et Office Communications Online. Illustrant l'offensive de Microsoft sur les tarifs, cette offre sera disponible à partir de 31 € par utilisateur et par mois au cours des 12 premiers mois du contrat de service (jusqu'au 30 juin 2011). Microsoft Dynamics entend ainsi se faire une place dans l'offre d'applications d'entreprises CRM-ERP représentée notamment par Oracle, SAP et autres SAS.
A voir également