1 avis

Facebook, l'entreprise et le salarié : un difficile ménage à trois ?

CommentCaMarche - mercredi 13 octobre 2010 - 13:04
Facebook, l'entreprise et le salarié : un difficile ménage à trois ?
Peut-on tout dire sur Facebook ? Alors que le film de David Fincher retraçant l'histoire de Facebook, The Social Network, sort sur les écrans de cinéma aujourd'hui, la question de la prise de parole des entreprises et de leurs employés sur les médias sociaux se fait de plus en plus pressante. Facebook, réseau social public fait-il partie de la sphère privée des employés ? Les entreprises ont-elles leur mot à dire lorsque ses employés s'expriment sur un réseau social ?

Septembre 2010, en Dordogne. Une association luttant contre la violence faite aux femmes licencie 3 de ses salariées, pour avoir injurié leur employeur sur Facebook. Hier, c'était le Conseil des Prud'hommes de Boulogne-Billancourt qui devait trancher sur le cas de trois jeunes femmes qui avaient elles aussi avaient été licenciées suite à des messages échangés sur Facebook en 2008, où elles exprimaient un différend survenu avec la direction de l'entreprise pour laquelle elles travaillaient. Licenciées au motif de dénigrement de l'entreprise et d'incitation à la rébellion, elles ont décidé de contester ce licenciement devant les Prud'hommes. Aujourd'hui dans les colonnes du Parisien, leur avocat, Grégory de Saint-Michel martèle que « Cette conversation sur Facebook relevait de la sphère privée ». L'affaire a été placée en délibéré jusqu'au 19 novembre.

Ces deux affaires montrent bien la difficulté à séparer sa vie professionnelle de sa vie privée sur les réseaux sociaux, où les deux sphères s'entremêlent. Si les entreprises ont bien compris la nécessité de leur présence sur Facebook, elles ont encore du mal à statuer sur la prise de parole de leurs employés sur les réseaux sociaux. L'entreprise se doit-elle d'imposer un cadre à ses salariés qui s'expriment sur Facebook ou Twitter ? L'entreprise doit-elle réagir lorsqu'un candidat exprime son mécontentement suite à un entretien d'embauche qui s'est mal passé ?

Le profil et la page
Oui si l'on a croit les chartes de communication internes sur les médias sociaux qui fleurissent dans les organisations. Car si le profil du salarié est bel et bien personnel et géré par lui-même, il peut causer des dommages à l'entreprise. Sur le profil Facebook, on peut par exemple trouver l'entreprise dans laquelle travaille la personne et même avoir accès à ses statuts si elle ne les a pas protégé. Autant dire que lorsque le salarié parle de sa journée de travail sur Facebook, l'entreprise est elle engagée involontairement dans le processus dans ce processus de communication.
De même, la prise de parole des salariés sur les pages Facebook de leurs entreprises peuvent elles aussi virer à la catastrophe, si l'entreprise ne fixe pas clairement les règles du jeu : fuites d'informations internes, dégradation de la relation avec les clients etc.

Vers des chartes d'entreprise
Aussi, de plus en plus d'organisations n'hésitent plus à former leurs employés aux médias sociaux, en leur apprenant à gérer la confidentialité de leur profil, et en leur donnant un cadre dans la prise de parole publique sur les pages officielles ou sur les groupes. Coca-Cola a par exemple proposé une véritable charte de conduite sur Facebook à l'intention des ses employés. Elle y conseille par exemple de ne pas répondre aux messages très négatifs et de laisser faire les community-managers et de ne pas perdre de vue que sur Facebook, sphères privée et professionnelle s'entremêlent.

« La Société respecte la liberté d'expression de l'ensemble de ses collaborateurs, mais vous devez vous rappeler que les clients, les collègues et les superviseurs ont souvent un accès au contenu en ligne que vous postez », peut-on lire dans cette charte. Un bon moyen de sensibiliser ses collaborateurs à la portée que peut prendre les publications des salariés sur les médias sociaux.

Notons qu'outre Coca-Cola, des multinationales comme Roche (industrie pharmaceutique), Dell ou encore Ford se sont elles aussi dotées de chartes. Une manière de remettre la Netiquette au goût du jour dans les entreprises ?

En savoir plus
Consulter des exemples de chartes

Photo : Mark Zuckerberg, fondateur de Facebook en novembre 2007. Crédit : Facebook.com
Ajouter un commentaire

Commentaire

Dj Nam
Messages postés
327
Date d'inscription
mardi 9 octobre 2007
Statut
Membre
Dernière intervention
31 janvier 2014
41 -
Bien que l'on voit là une véritable question à laquelle une réponse va devoir s'imposer rapidement car les cas vont être de plus en plus nombreux, je pense qu'avant de se poser des questions sur les limites de la vie privée dans sur des cyber réseaux sociaux, il serait intéressant de remettre les utilisateurs en questions.
Effectivement, avant l'existence de ces réseaux mondiaux propulsés par les nouvelles technologies existaient les livres et les revues de presse. Déjà là, les limites de la liberté d'expression étaient mis en avant. Combien d'auteurs, d'écrivains et de journalistes se sont retrouvés poursuivis suite à des propos injurieux, dénigrant, diffamant ou je ne sais quoi encore.
Nous voilà donc de retour à la case départ, pourquoi, parce que les utilisateurs sont devant leur écran placé tel un masque, ils en arrivent à oublier d'abord qu'Internet est mondial et que tout ce qui est écrit peut se retrouver diffusé en une fraction de seconde dans tout un pays. Secondement qu'en tous lieux publique il est judicieux de tenir sa langue.
Et si je me permets de remettre en cause en premier lieu les utilisateurs plutôt que l'utilisation même des réseaux sociaux, c'est par expérience. Effectivement, avant le boum de Facebook était le boum des blogs.
Sur les blogs aussi on trouve des propos injurieux (on en trouve même beaucoup plus, puisque les ados ont tendance à oublier que leur journal INTIME devient MONDIAL). C'est donc comme cela que je me suis retrouvé exclu d'un établissement scolaire, pour avoir tenu quelques propos diffamants en ce lieu public.
Le seul soutient que j'ai eu était le suivant : "Il fallait un exemple, tu n'as pas eu de chance".
Pourtant j'en tire une toute autre leçon : "Internet ne sera jamais un lieu pour la vie privée, alors il faut tenir sa langue".
Commenter la réponse de Dj Nam