Microsoft lance ses nouveaux Windows Phone le 21 octobre en France


Microsoft a donné lundi le coup d'envoi de son nouveau système d'exploitation pour mobile, Windows Phone 7. Très attendue, cette plateforme sera disponible dès le 21 octobre prochain dans plusieurs européens, dont la France, puis en novembre aux Etats-Unis.

"Avec Windows Phone 7, nous avons développé un nouveau genre de téléphones" a martelé Steve Ballmer, PDG de Microsoft, lors de la conférence de presse du produit à New York. Depuis Paris, Eric Boustouller, président de Microsoft France, a tenu à souligner que l'éditeur de logiciels a "mis le paquet et mobilisé ses meilleurs ingénieurs pour mettre au point cette nouvelle plateforme".
Produit Microsoft le plus attendu de l'année, Windows Phone 7 équipera plusieurs modèles de téléphones mobiles. Les marques HTC, Samsung, LG, Dell ou encore Asus font partie des partenaires de Microsoft. Leurs smartphones comportant le logo Windows en façade seront commercialisés dès le 21 octobre en Europe.
En France, les trois opérateurs historiques lanceront des Windows Phone dès le jour J. Orange, qui mise gros sur le succès du nouvel OS mobile, mettra en place une vaste campagne de communication pour promouvoir trois terminaux Windows Phone 7, dont un en exclusivité, le HTC 7 Mozart, proposé à partir de 29 euros avec un forfait Origami.
L'interface de Windows pour les mobiles a été complètement remaniée. Avec Windows Phone 7, l'utilisateur évoluera dans des univers thématiques appelés "hubs" : un hub pour la téléphonie, un hub pour les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, etc.), un autre pour les photos (photos personnelles, photos des réseaux sociaux, galeries d'images sur Internet, etc.), et également un espace Xbox Live dédié aux jeux vidéo.
Microsoft s'est également assuré de nombreux partenariats afin de développer des applications dédiées aux "Windows Phone". Alors que le retard semble difficile à combler avec la concurrence (la boutique d'applications d'Apple culmine à plus de 250.000 programmes, celle de Google approche des 150.000), l'éditeur de Redmond mise sur des logiciels innovants, dont le design et la navigation seront différents que sur un iPhone ou un mobile Android.
"Nous ne cherchons pas à entrer dans la course à la quantité avec nos concurrents, mais à proposer les 20.000 ou 25.000 meilleures applications" explique Nicolas Petit, responsable de la division mobilité chez Microsoft France. "Le kit de développement des applications pour Windows Phone 7 a déjà été téléchargé à 500.000, et 270 applications ont déjà été mises au point en France".
Les smartphones sous Windows Phone 7 donneront également accès aux différents services maison, comme le moteur de recherche Bing, la suite bureautique Office, la messagerie Outlook, la messagerie instantanée Live Messenger, etc.
Pour maximiser les chances de réussite des téléphones sous Windows, Microsoft a également retravaillé son offre de téléchargement de contenus (musique, vidéos, etc.). Le Zune Marketplace, qui n'était disponible qu'aux Etats-Unis, sera maintenant accessible dans de nombreux pays, dont la France. En achetant un film ou un album via ce service, les utilisateurs pourront en profiter aussi bien sur leur smartphone sous Windows Phone 7, que sur un PC ou un téléviseur (via la console Xbox 360).
Enfin, l'offre de jeux vidéo disponible sur ces téléphones comprendra quelques best-sellers, comme Guitar Hero, Fast & Furious ou Assassins Creed. Il sera notamment possible d'entamer un jeu sur son PC ou sa console Xbox 360, puis de le poursuivre plus tard sur son téléphone.
Microsoft joue gros avec cette nouvelle plateforme. Sur le juteux marché des smartphones, Windows Mobile n'équipe actuellement que 4,7% des terminaux vendus dans le monde (chiffres Gartner), très loins derrière Symbian (Nokia), iOS (Apple), Android (Google) ou BlackBerry (RIM).
"Beaucoup pense que nous arrivons trop tard, sur un marché déjà saturé, mais 85% des consommateurs français n'ont pas encore de smartphone, et c'est le cas dans de nombreux pays. Nous allons donc apporter une alternative, qui sera véritablement innovante" souligne Nicolas Petit.