Ubuntu 10.10 vise le cloud

Ubuntu 10.10 vise le cloud
La nouvelle version de la distribution Debian est sortie du moule hier, 10 octobre à 10h10 précisément. Chez Ubuntu, si on a décidé de faire un clin d'oeil au calendrier, la sortie de ce nouvel OS Linux « pour les humains » n'en est pas moins un évènement. Avec Ubuntu 10.10, Canonical se lance dans une véritable conquête du cloud. L'édition Server montre clairement sa volonté de proposer beaucoup plus de flexibilité aux entreprises qui ont fait le choix du libre.

Ubuntu 10.10 est donc sorti hier le 10 octobre à 10h10. Canonical, l'éditeur du logiciel libre, a le sens de l'à-propos et a bien compris comment marquer les esprits et se démarquer de la concurrence ! Moins d'un an après la sortie d'Ubuntu 9.10, ce nouvel opus affiche clairement ses prétentions et compte bien catapulter les données dans le nuage. Que ce soit pour l'édition Desktop ou l'édition Server, l'accent a clairement été mis sur la mise en ligne des données et sur l'interopérabilité. Maverick Meerkat pourrait bien être un tournant dans la jeune histoire de la distribution Linux.
Outre une procédure d'installation simplifiée et une refonte ergonomique du bureau, ce sont les fonctionnalités désormais disponibles en ligne qui créent la sensation. Ubuntu 10.10 propose aux utilisateurs d'envoyer jusqu'à 2 gigas de données dans le nuage gratuitement, grâce à Ubuntu One. Au-delà de ces deux gigas supplémentaires, il faudra passer à la caisse ! Mais la vraie nouveauté, c'est qu'il est désormais possible de synchroniser ces fichiers depuis un terminal mobile, moyennant 39,99$ (environ 28,70€). Ubuntu One Mobile est pour l'instant disponible pour iPhone et pour Androïd. Il permet de synchroniser les contacts et les fichiers disponibles sur l'espace en ligne.

Unbuntu server dans la même lignée
Parallèlement à la sortie des versions Desktop et netbook, c'était le grand jour pour la version Server d'Ubuntu 10.10. Là encore, Canonical a placé beaucoup d'espérance dans le cloud et offre une multitude de fonctionnalités pour permettre aux professionnels publier leurs documents dans le nuage. Les options de configuration ont même été simplifiées pour permettre une gestion plus aisée de l'outil. Ubuntu 10.10 intègre par exemple «CloudInit», un outil de configuration qui permet aux utilisateurs d'Ubuntu Server en cloud de définir une langue par défaut, le nom d'hôte, de générer ou de configurer des clés SSH. Les utilisateurs peuvent également exécuter des commandes et des scripts personnalisés au démarrage initial ou à chaque redémarrage.

Le système d'exploitation a déjà été installé sur certains serveurs Amazon EC2. Il permet d'exécuter l'AMI (Amazon Machine Image) en mode hors ligne sur une machine virtuel Kernel (KVM). L'environnement permet aux utilisateurs de développer leurs applications et programmes en préproduction sur des serveurs locaux avant de les publier sur le cloud-public - véritable «cloud computing» hybride.
Le système d'exploitation Ubuntu 10.10 Server a déjà adopté par Amazon et déployé sur certains de ses serveurs.

« Avec Ubuntu Server Edition 10,10 nous continuons à faire le choix de l'open-source pour le cloud-computing », a affirmé Neil Levine hier, vice-président de Canonical. « Nous proposons plus de fonctionnalités qui augmentent notre avance dans le cloud-public et comblent le fossé entre les environnements de calcul hybride et local. »

En savoir plus
Visiter le site d'Ubuntu