Green IT : Les entreprises ont-elles peur du vert ?

Green IT : Les entreprises ont-elles peur du vert ?
Deux ans après le boom médiatique autour des technologies vertes, où en sont les entreprises dans l'adoption de solutions dites "Green IT"? Si l'on en croit une étude récemment publiée par Forrester, la mise en oeuvre des technologies visant à améliorer les performances de leur parc et services informatiques, est relativement lente. Si les enjeux du Green IT sont censés recoupés intérêts économiques (réduction des coûts énergétiques) et écologiques (moins d'émission de Co2), les PME/PMI et les grandes entreprises sont encore réticentes à investir massivement dans les procédés Green IT, malgré une offre aujourd'hui florissante. Alors, quels sont les freins à l'informatique verte dans l'entreprise ?

Green IT = Réductions des coûts énergétiques : l'incertitude des entreprises
L'étude récemment publiée par le cabinet Forrester Research, qui a interrogé 530 professionnels IT mondiaux de près de 50 entreprises différentes, montre une lente adhésion de celles-ci aux nouveaux procédés technologiques visant à réduire à la fois leurs coûts énergétiques et leur empreinte carbone. Si la réduction des coûts prédomine logiquement (68%) comme argument numéro un cité par les entreprises en faveur de l'adoption des technologies Green IT, cela ne signifie pas pour autant qu'elles en sont convaincues... En tous cas, pas assez pour mettre leurs idées en pratique.

Selon Forrester, plusieurs obstacles s'opposent au développement des politiques Green IT dans l'entreprise : comme la difficulté d'y voir les avantages en termes de gain de compétitivité et de retour sur investissement (40% des professionnels IT interrogés). En d'autres termes, les entreprises regardent encore avec circonspection la "réduction des coûts" promises par l'adoption de procédés Green IT. Selon Forrester, l'absence de leadership dans l'entreprise sur ce sujet est une réelle barrière : En Europe, seulement 18% des entreprises interrogées disposeraient d'une structure susceptible de déployer des solutions Green IT. Sur le plan de la mise en pratique, un constat qui découle des réponses précédentes : seulement 7% des entreprises déclarent avoir adopté une solution Green IT, tandis 76% des PMI/PME disent ne pas avoir de projet à ce niveau actuellement.

Le lent changement des habitudes, l'absence d'unités de mesure
Dans le cadre d'une table ronde sur le thème "Green IT, mythe ou réalité dans les entreprises" à l'initiative de l'agence de conseil en communication environnementale d'Amezis, plusieurs acteurs du Green IT et représentants d'entreprises ont indiqué une série de freins supplémentaires : tout d'abord la difficulté d'associer les salariés au projet d'entreprise : Selon Thierry Michalak, DSI adjoint de TF1, dont les propos sont rapportés sur le site enerzine.com, "une démarche tournée vers le Green IT prend du temps et est difficile à mettre en oeuvre. Le groupe TF1 a du « rééduquer" 4000 salariés pour qu'ils éteignent leur poste de travail avant de partir." Autre obstacle abordé au cours de cette table ronde : l'absence d'unité de mesures standardisées, qui permettent notamment aux décideurs de choisir les équipements adéquats parmi les offres disponibles sur le marché.

Quelques chantiers Green IT en bonne voie
Malgré ces freins, certains projets remportent quand même plus de succès que d'autres, comme l'indique l'étude de Forrester : C'est le cas de la virtualisation des serveurs, déjà implantée ou à l'ordre du jour pour une majorité d'entreprises interrogées, et de la suppression des applications redondantes également sur les tablettes de 35% d'entre elles d'ici à la fin 2011.

Concernant les mesures d'économies d'énergie, la maîtrise des systèmes d'impression (réduction du nombre de périphériques) et de l'alimentation des ordinateurs sont deux objectifs qui seraient déjà remplis, respectivement par 66% et 41% d'entre elles.

En savoir plus
Résumé de l'étude du cabinet Forrester Research