Grégoire Cusin-Berche, Formastreet: « Nous sommes présents à toutes les étapes de la recherche de formation»

Grégoire Cusin-Berche, Formastreet: « Nous sommes présents à toutes les étapes de la recherche de formation»
Créé il y a quelques mois, Formasteet.com est un nouveau service de recherche des prestataires de formation. Gratuit pour les entreprises et les salariés, cette plateforme en ligne accompagne les clients de A à Z : identification des besoins, personnalisation des offres, mise en relation avec les organismes de formation. Grégoire Cusin-Berche, Directeur Général et Fondateur de Formastreet nous en dit un peu plus sur ses services et les démarches à suivre en lors de la formation, souvent mal connues des PME.

CCM - La loi sur la formation professionnelle a été modifiée en novembre 2009. Concrètement, qu'est-ce que cette réforme apporte de plus aux entreprises et aux salariés ? Où en sommes-nous aujourd'hui ?
Grégoire Cusin-Berche - Avant cette réforme, le cadre juridique de la formation professionnelle était centré uniquement autour du salarié. Aujourd'hui, le salarié n'en est plus l'exclusif bénéficiaire, c'est l'individu tout au long de la vie : le demandeur d'emploi, le retraité... Plusieurs changements notables :
  • La portabilité du Droit Individuel à la Formation, effectif depuis janvier 2010. Cette mesure est importante, car désormais chacun garde le bénéfice de ses heures de formation quel que soit son statut.
  • Pour les entreprises, la réforme s'accompagne d'aides au financement à la formation. Par exemple, lors d'un remplacement de poste par un intérimaire, les entreprises pourront recevoir des aides sur ses rémunérations.
  • La réduction du nombre d'OPCA qui devrait passer d'une centaine à une quinzaine, cette mesure a pour but de diminuer les coûts de collecte.
  • Cette loi va aussi limiter les inégalités entre les entreprises. Avant la réforme, les cotisations reversées aux OPCA étaient majoritairement utilisées par les grands comptes, car les petites entreprises faisaient peu de demandes de financement, par manque de connaissance sur ce système. Maintenant, la loi a mis en place ce qu'on appelle la « péréquation asynchrone ». Ainsi, les cotisations des petites entreprises sont reversées automatiquement aux petites entreprises.


CCM - En matière de formation continue, les entreprises ont beaucoup d'interlocuteurs : Points Relais Conseils, OPACIF, OPCA sans compter les acteurs présents sur le marché (Afpa, Formatel, Demos, formaguide.com...). Quelle est la particularité de Formastreet ?
GCB - Il faut déjà distinguer trois acteurs différents qui interviennent dans le champ de la formation. En premier lieu, il existe des organismes de formation privés ou publics qui dispensent des cours et des outils pédagogiques tout au long de l'année. Ensuite, interviennent les organismes paritaires agréés par l'Etat. Leur mission est de mutualiser les cotisations des entreprises pour financer des formations. Il y a également des intermédiaires : les annuaires de formation qui opèrent un travail de référencement et le mettent à disposition, les agents de mise en relation organisme-client, les courtiers qui achètent des formations et les revendent...Enfin il y a ceux qui font de « l'optimisation de remplissage ». C'est-à-dire qu'ils proposent aux entreprises des remises de dernière minute. Formastreet est une plate-forme gratuite qui réunit tous ces services. Nous partons du principe que l'entreprise ne connaît pas forcément les meilleures formations à choisir par rapport aux objectifs du plan de formation qu'elle s'est fixée. Une étude récente de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Paris a montré que 52% des managers des PME ne savent pas où chercher une formation pour leurs collaborateurs. Notre valeur ajoutée est d'être présents à toutes les étapes de la recherche de formation. Nous effectuons en amont un travail de référencement parmi les 45 000 organismes existants. Nous les sélectionnons par pertinence dans un domaine pour garantir une prestation de qualité. Après avoir identifié les bons organismes de formation, nous définissons les besoins réels de l'entreprise pour les mettre en relation.

CCM - Vous avez créé une labellisation « Formastreet » pour évaluer par un certain nombre de critères les organismes de formation référencés sur le site. Est-ce suffisant pour instaurer une démarche qualité ?

GCB - C'est nécessaire mais pas suffisant ! Il existe des organisations indépendantes reconnues par l'état comme l' OPQF qui délivrent des labels de référence. Il est très difficile d'évaluer les prestations intellectuelles des formations proposées. Notre labellisation certifie, avec des critères précis, les prestataires sérieux. Formatreet vérifie s'il n'y a pas d'écart l'annonce et les formations dispensées, nous évaluons leurs prestations pédagogiques, le bon équilibre financier de ces organismes. Ces labels représentent surtout un gage de sérieux et d'assurance pour les clients.

CCM - Elaborer un plan de formation est un choix stratégique. Comment fixer les priorités et choisir les bonnes formations ? Quelle aide y apportez-vous ?
GCB - Tout le monde n'a pas un accès égal à la formation ! En général, les entreprises de plus de 50 salariés sont suffisamment bien structurées pour définir un plan de formation à moyen terme. Or, ce n'est pas toujours le cas pour les petites et moyennes structures. Ce que nous proposons, c'est de les aiguiller dans leur choix de formation, les mettre en contact avec les bons organismes et indiquer les aides financières possibles.

CCM - D'ailleurs, qui paye ? Quelles sont les aides ?
GCB - Pour les formations courtes, ce sont les OPCA qui prennent en charge les frais. Que ce soit à la demande de l'entreprise - par exemple, dans le cadre du plan de formation - ou à l'initiative du salarié. Dans ce cas, le candidat active son Droit Individuel à la Formation (DIF) qui accorde chaque année 20 heures de formation. Quant aux formations longues, diplomantes ou qualifiantes, les entreprises peuvent se tourner vers d'autres organismes : les Foncecif, le Pôle Emploi, certaines régions disposent d'un budget important dédié à la formation. L'un des atouts de Formastreet est aussi d'aiguiller les clients vers ces interlocuteurs.

CCM - Au final, former les salariés, est-ce l'une des solutions miracles pour intégrer les jeunes et les séniors ?
GCB - Les difficultés d'intégration de ces salariés me paraissent concerner des problématiques plus vastes que la compétence et la formation. Jeunes et séniors sont confrontés à des problèmes de génération, de capitalisation de l'expérience, de discrimination, d'adaptabilité face aux technologies... La formation n'est pas au coeur du problème ! En revanche, partir en formation permet de garantir son employabilité sur le marché du travail.


En savoir plus sur le site de Formastreet!