Donnez votre avis

Une mission pour sauver la radio numérique

CommentCaMarche - mercredi 30 juin 2010 - 12:13

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, et Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d'Etat au développement de l'économie numérique, ont lancé mardi 29 juin la mission sur "l'avenir numérique de la radio". Confiée à David Kessler, cette mission vise à sauver de l'échec le pendant radio de la TNT.

Attendue de longue date, la radio numérique terrestre (RNT) tarde à émerger en France, à l'inverse de la télévision numérique terrestre dont le déploiement progressif a déjà commencé. Fin 2009, la remise du rapport Tessier, du nom de l'ancien président de France Télévision, avait mis un bémol au vaste chantier.
En conclusion de son rapport, Marc Tessier estimait que "le projet de RNT comporte, pour les radios, autant un risque d'appauvrissement que la possibilité d'une amélioration, car il ne créera pas de dynamique de la recette, alors qu'il nécessitera un coût additionnel important, pendant plusieurs années, principalement lié à la diffusion".
Opération de la dernière chance avec cette mission pilotée par David Kessler, ancien directeur de France Culture et ex-directeur général des contenus pour Radio France. Son travail doit permettre d'étudier les conditions dans lesquelles la RNT "répondra aux attentes des auditeurs et des industriels", tout en redéfinissant un modèle économique soutenable pour le déploiement de la radio numérique. Les résultats de cette mission sont attendus pour novembre 2010.
La radio numérique doit permettre aux radios qui émettent actuellement en analogique de disposer d'une meilleure couverture du territoire avec une fréquence unique partout en France pour chaque station, et offrir aux auditeurs une meilleure qualité sonore ainsi que des services associés, comme l'affichage des titres des morceaux sur un écran, de vidéos ou de textes de présentation des émissions.
Techniquement, la France a choisi la norme T-DMB pour la diffusion de la radio numérique. Un choix contesté, puisque de nombreux pays européens ont opté pour le DAB+.