L'iPad a-t-il un avenir chez les professionnels de santé ?

L'iPad a-t-il un avenir chez les professionnels de santé ?
Pas forcément porté vers les usages professionnels, l'iPad d'Apple présente pourtant des atouts intéressants pour les professionnels de santé. Portabilité, lisibilité et applications médicales déjà -ou bientôt- au menu de l'Itunes Store : autant d'ingrédients qui peuvent séduire ce type de public. Si l'on en croit les résultats d'une enquête réalisée par l’entreprise Epocrates, l'accueil de l'iPad chez les blouses blanches est plutôt favorable : sur la base de 350 réponses recueillies, 60% des médicaux et paramédicaux seraient intéressés par l'acquisition de la tablette à plus ou moins long terme. Un engouement qui masque pourtant les limites fonctionnelles de cet outil dans la pratique médicale.

Quelques applications iPad pour les professionnels de santé
Les premières applications iPad pour les professionnels de santé couvrent pour l'heure les besoins « encyclopédiques » des cliniciens comme c'est le cas notamment avec l'appli Vidal, déjà portée sur iPhone, et qui permet donc aux médecins nomades, via l'iPad, de consulter la célèbre bible des médicaments sur un support de lecture adapté. Autre appli iPad déjà largement adoptée par les médecins, « Epocrates », un outil d'aide au diagnostic et à la prise de décision médicale (disponible seulement en anglais).

Une nouveauté qui devrait plaire aux médicaux et paramédicaux, l'application MédiStory -développée par Prokov Editions- dont la sortie est prévues d'ici quelques mois : ce logiciel pour les médecins, dentistes et professionnels de la santé permettra de gérer les dossiers des patients (ordonnances, compte rendu de consultation, carte vitale, rédaction de courriers, etc).

La tablette tactile plébiscitée... Mais pas forcément l'iPad
C'est avant tout la portablité, l'utilisabilité et l'ergonomie de l'iPad qui génèrent l'intérêt des professionnels de santé, notamment dans le contexte d'intervention au domicile des patients. Mais les limites pour l'implantation de la tablette d'Apple dans ce secteur sont encore très prononcées.

Ainsi, si les terminaux de types tablettes tactiles sont plébiscités par les professionnels de santé comme le révèlent une étude menée auprès de près de 180 médecins, infirmières et étudiants en médecine, par Software Advice -une société experte en conseils logiciels-, l'iPad n'apparaît pas forcément comme le candidat idéal, ou en tous cas pas tout de suite.

Les besoins exprimés dans cette d'étude recouvrent des domaines très variés : imagerie et analyses médicale, notes et mémos, e-prescription, etc. Sur la base de ces usages, l'enquête de Software Service a permis de dresser une liste d'applications et périphériques indispensables à la « tablette idéale » à l'usage des professionnels de santé. Il en résulte que si l'iPad présente trois caractéristiques intéressantes (portabilité, accès WiFi, ergonomie), il lui manque des caractéristiques essentielles en contexte médical: résistance à la poussière et à certains liquides (ex : désinfectants, produits gras), présence de ports fermés, caméra intégrée, etc.

Plus gênant encore, la tablette ne dispose pas encore d'une sélection suffisante de logiciels médicaux couramment utilisés, et ce principalement en raison de problèmes d'interopérabilité avec son système d'exploitation... Une réelle contrainte, à l'heure où une grande majorité de logiciels médicaux ne fonctionne que dans un environnement Windows.

L'iPad dans l'hôpital, ce n'est certainement pas encore pour demain....

Pour en savoir plus
L'étude d'Epocrates (en anglais)
L'étude de Software Advice (en anglais)